Vingt personnes tués dans une attaque contre l’aéroport d’Aden quelques instants après l’arrivée du nouveau cabinet au Yémen

Au moins 20 personnes ont été tuées et des dizaines blessées lors d’une attaque contre l’aéroport d’Aden mercredi, quelques instants après l’atterrissage d’un avion transportant un cabinet nouvellement formé soutenu par l’Arabie saoudite pour les parties du Yémen contrôlées par le gouvernement.

Quelques heures après l’attaque, une deuxième explosion a été entendue autour du palais présidentiel Maasheq d’Aden, où les membres du cabinet, dont le Premier ministre Maeen Abdulmalik, ainsi que l’ambassadeur saoudien au Yémen, avaient été emmenés en toute sécurité, ont déclaré des habitants et des médias locaux.

Lors de l’attaque de l’aéroport, de fortes explosions et des coups de feu ont été entendus peu de temps après l’arrivée de l’avion de Riyad, selon des témoins. Une source de sécurité locale a déclaré que trois obus de mortier avaient atterri sur le hall de l’aéroport.

Le responsable de la santé d’Aden, Mohamed Robeid, a donné le chiffre des morts et a déclaré que 50 personnes avaient été blessées, ajoutant que le nombre de morts pourrait augmenter.

Le groupe humanitaire Médecins Sans Frontières a déclaré plus tôt que 17 personnes avaient été soignées pour des blessures dans son hôpital d’Aden.

Il n’y a pas eu de revendication de responsabilité.

On ne sait pas ce qui a causé la deuxième explosion et il n’y a pas eu de rapports immédiats de victimes. «Nous et les membres du gouvernement sommes dans la capitale temporaire d’Aden et tout le monde va bien», a tweeté Maeen depuis le palais de Maasheq. «L’acte terroriste lâche qui a visé l’aéroport d’Aden fait partie de la guerre qui est menée contre l’État yéménite et son grand peuple.»

Jaber a tweeté: «La paix, la sécurité et la stabilité prévaudront grâce à la forte volonté des Yéménites et à leur courageux gouvernement.»

Le nouveau cabinet unit le gouvernement du président Abd-Rabbu Mansour Hadi aux séparatistes du sud, dans le but de réaliser un objectif saoudien de mettre fin à une querelle entre les alliés de Riyad.

Les deux groupes sont les principales factions yéménites d’une alliance basée dans le sud et soutenue par l’Arabie saoudite combattant le mouvement Houthi aligné sur l’Iran qui contrôle le nord, y compris la capitale Sanaa.

Des images télévisées de la chaîne saoudienne Al Arabiya ont montré des dizaines de personnes quittant l’avion lorsqu’une première explosion a frappé le hall de l’aéroport. Des tirs nourris de véhicules blindés ont suivi avec des panaches de fumée blanche et noire s’élevant de la scène. Une autre vidéo montrait des dommages aux murs en béton du terminal et au verre brisé. Des responsables gouvernementaux ont été parmi les victimes de l’attaque de l’aéroport, ont indiqué des sources.

Des images télévisées de la chaîne saoudienne Al Arabiya ont montré des dizaines de personnes quittant l’avion lorsqu’une première explosion a frappé le hall de l’aéroport.

Des tirs nourris de véhicules blindés ont suivi avec des panaches de fumée blanche et noire s’élevant de la scène.

Une autre vidéo montrait des dommages aux murs en béton du terminal et au verre brisé.

Des responsables gouvernementaux ont été parmi les victimes de l’attaque de l’aéroport, ont indiqué des sources.

La ville portuaire d’Aden, dans le sud du pays, a été embourbée dans la violence en raison d’une rupture entre les séparatistes et le gouvernement de Hadi, basé là-bas après avoir été chassé de la capitale par les Houthis en 2014.

Le Conseil séparatiste de transition du Sud (CTS), qui cherche à obtenir l’indépendance du Yémen du Sud, a déclaré l’autonomie à Aden en avril, déclenchant des affrontements et compliquant les efforts des Nations Unies pour forger un cessez-le-feu permanent dans l’ensemble du conflit.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a annoncé la création d’un nouveau cabinet de partage du pouvoir ce mois-ci après plus d’un an d’intense médiation saoudienne entre le gouvernement et les séparatistes. Les Houthis ont nié toute responsabilité dans l’attaque.

Les séparatistes ont déclaré que leurs dirigeants étaient la cible principale des assaillants et non du gouvernement.

L’envoyé de l’ONU au Yémen, Martin Griffiths, a condamné l’attaque dans un communiqué. «Je souhaite au cabinet la force de faire face aux tâches difficiles à venir», a-t-il déclaré. «Cet acte de violence inacceptable est un rappel tragique de l’importance de ramener d’urgence le Yémen sur la voie de la paix.»

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply