Au moins 19 personnes sont mortes après que des hommes armés ont pris d’assaut l’université de Kaboul

Des hommes armés ont pris d’assaut l’Université de Kaboul alors qu’elle accueillait une foire du livre à laquelle participait l’ambassadeur d’Iran en Afghanistan, ce qui a conduit à une fusillade de plusieurs heures et au moins 19 morts et 22 blessés.

Le porte-parole du ministère, Tariq Arian, a déclaré que trois assaillants avaient participé à l’attaque de lundi, qui avaient tous été tués lors de la fusillade qui a suivi.

Les talibans ont publié une déclaration niant la responsabilité de l’attaque. Les insurgés sont en pourparlers de paix avec le gouvernement soutenu par les États-Unis.

Les négociations, qui se déroulent au Qatar, visent à permettre aux États-Unis de se retirer enfin de leur plus longue guerre, bien que l’effusion de sang se poursuive quotidiennement, tandis qu’une filiale de l’État islamique a lancé ses propres attaques contre les musulmans chiites dans le pays. Cinq heures après le début des combats, des explosions sporadiques de grenades et des tirs d’armes automatiques ont fait écho dans les rues vides entourant le complexe universitaire clôturé alors que les troupes afghanes montaient la garde. Auparavant, des étudiants avaient été vus fuyant le site. «Malheureusement, il y a des victimes», a déclaré Arian, sans donner plus de détails.

Ahmad Samim, étudiant à l’université, a déclaré aux journalistes qu’il avait vu des militants armés de pistolets et de fusils d’assaut kalachnikov tirer sur l’école, la plus ancienne du pays, qui compte environ 17 000 étudiants. Il a déclaré que l’attaque s’était produite du côté est de l’université, qui abrite sa faculté de droit et de journalisme.

Les médias afghans ont rapporté qu’une exposition de livres avait lieu à l’université et qu’un certain nombre de dignitaires y assistaient au moment du tournage. Alors que les responsables afghans ont refusé de discuter de la foire, l’agence de presse semi-officielle iranienne ISNA a rapporté dimanche que l’ambassadeur iranien, Bahador Aminian, et l’attaché culturel Mojtaba Noroozi devaient inaugurer la foire, qui accueillait environ 40 éditeurs iraniens.

La télévision d’Etat iranienne a rendu compte de l’attaque mais n’a pas fourni d’informations sur les responsables.

Les diplomates iraniens ont déjà été visés par des attaques dans le pays, provoquant presque une guerre entre les deux pays.

En 1998, l’Iran a tenu les talibans pour responsables de la mort de neuf diplomates iraniens qui travaillaient dans son consulat dans le nord de l’Afghanistan et ont envoyé des renforts à la frontière que partagent les pays.

Aucun groupe n’a immédiatement assumé la responsabilité de l’attaque, mais les soupçons sont immédiatement tombés sur l’affilié d’Isis. Le mois dernier, le groupe a envoyé un kamikaze dans un centre éducatif du quartier de Dasht-e-Barchi, dominé par les chiites, tuant 24 étudiants et en blessant plus de 100. Il a déclaré la guerre à la population chiite d’Afghanistan et organisé des dizaines d’attaques. depuis son apparition en 2014.

Les écoles ont également été la cible d’attaques dans le passé. L’année dernière, une bombe devant les portes de l’université de Kaboul a tué huit personnes.

En 2016, des hommes armés ont attaqué l’université américaine de Kaboul, tuant 13 personnes. La violence a été incessante en Afghanistan alors même que les talibans et une équipe de négociation nommée par le gouvernement discutent de l’accord de paix pour mettre fin à plus de quatre décennies de guerre dans le pays.

Les progrès des pourparlers à Doha ont été extrêmement lents et, malgré les demandes répétées de réduction de la violence, ils se sont poursuivis sans relâche.

Un accord entre les États-Unis et les talibans en février a préparé le terrain pour les pourparlers de paix. L’accord autorise également le retrait des troupes américaines et de l’OTAN d’Afghanistan.

Lundi également, un véhicule a heurté une mine en bordure de route dans la province du Helmand, dans le sud du pays, tuant au moins sept personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, a déclaré le porte-parole du gouverneur de la province, Omer Zwak.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply