Élection en Côte d’Ivoire: l’opposition réclame une transition civile

Les leaders de l’opposition en Côte d’Ivoire réclament une “transition civile”, à la suite du scrutin présidentiel de samedi que leurs partis ont boycotté.

Pascal Affi N’Guessan et Henri Konan Bédié disent qu’il était illégal pour le président Alassane Ouattara de se présenter pour un troisième mandat car il enfreignait les règles sur la limitation des mandats.

Mais les partisans du président contestent cela, citant un changement constitutionnel en 2016 qui, selon eux, signifie que son premier mandat n’a effectivement pas compté. Le dépouillement des votes est toujours en cours.

Au moins 16 personnes ont été tuées depuis que les émeutes ont éclaté en août après que le président Ouattara eut annoncé qu’il se présenterait à nouveau après la mort soudaine de son successeur préféré.

Au moins deux personnes ont été tuées lors du vote de samedi. Les principales personnalités de l’opposition exhortent les manifestations de masse à bloquer ce qu’elles décrivent comme une “dictature”. M. N’Guessan a déclaré dimanche: “Les partis d’opposition et les groupes politiques appellent au début d’une transition civile”. “[Nous] notons la fin du mandat du président Alassane Ouattara le 31 octobre et appelons la communauté internationale à en prendre note”, a-t-il ajouté, affirmant qu’une transition civile était nécessaire pour “créer les conditions d’une élection juste, transparente et inclusive”.

Plusieurs bureaux de vote ont été saccagés dans les bastions de l’opposition samedi et le matériel électoral a été incendié.

Dans la ville orientale de Daoukro, les manifestants ont érigé des barrages routiers. Pendant ce temps, des gaz lacrymogènes ont été utilisés pour repousser les manifestants qui se sont rassemblés près de l’endroit où le président a voté dans la ville principale, Abidjan.

Au moins deux observateurs du groupe électoral indépendant Indigo Côte d’Ivoire ont été attaqués, rapporte le Washington Post. Il cite le groupe disant que 21% des bureaux de vote étaient fermés pendant la journée.

Mais le chef de la commission électorale a qualifié les troubles samedi de “minimes”, affirmant qu’ils “n’ont touché que 50 bureaux de vote sur 22 381”.

Quelque 35 000 agents de sécurité ont été déployés à travers le pays pour transporter le matériel électoral et assurer la sécurité, a déclaré le ministre de la Sécurité. Après avoir voté samedi à Abidjan, M. Ouattara a appelé à la fin des manifestations.

“J’appelle ceux qui ont appelé à la désobéissance civile, qui a entraîné des pertes en vies humaines, à cesser”, a-t-il déclaré. “Ils devraient s’arrêter parce que la Côte d’Ivoire a besoin de la paix, ce sont des actes criminels et nous espérons que tout cela pourra s’arrêter, pour qu’après les élections ce pays puisse continuer sur sa voie de progrès, dont il a bénéficié ces dernières années.

” Pourquoi est-ce si controversé?

Selon la constitution, la Côte d’Ivoire a une limite de deux mandats présidentiels. M. Ouattara – qui a été élu deux fois – a initialement déclaré qu’il se retirerait.

Mais, en juillet, l’ancien candidat à la présidence du parti au pouvoir, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, est décédé d’une crise cardiaque.

M. Ouattara a ensuite annoncé qu’il se présenterait après tout à la présidence. Ses partisans ont fait valoir qu’un changement constitutionnel en 2016 avait réinitialisé l’horloge et que son premier mandat ne comptait pas.

Ses opposants ne partagent pas ce point de vue, arguant au contraire qu’il est illégal pour M. Ouattara de briguer un troisième mandat.

Quel est le contexte de la tension?

Il y a eu une querelle de plusieurs décennies entre certaines des principales personnalités politiques du pays.

En 2010, Laurent Gbagbo, alors président, a refusé de céder à M. Ouattara à la suite de l’élection de cette année-là.

Cela a déclenché une guerre civile amère. Plus de 3 000 personnes ont été tuées au cours des cinq mois de violence.

M. Gbagbo s’est également présenté pour se présenter aux élections de cette année mais la commission électorale l’a bloqué parce qu’il avait été condamné par les tribunaux ivoiriens.

Il était l’un des près de 40 candidats potentiels qui ont été rejetés par la commission.

Qui sont les quatre candidats à la présidentielle?

Alassane Ouattara, 78 ans, économiste. Est devenu président en 2011, remplissant son deuxième mandat après des années dans l’opposition. Parti: Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP)

Henri Konan Bédié, 86 ans, politicien de carrière. A été président entre 1993 et 1999, déposé par coup d’État. Parti: Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PCDI) Pascal

Affi N’Guessan, 67 ans, politicien de carrière. A été Premier ministre entre 2000 et 2003 sous le président de l’époque, Laurent Gbagbo. Parti: faction du Front populaire ivoirien (FPI)

Kouadio Konan Bertin, 51 ans, politicien de carrière, connu sous le nom de KKB, était autrefois leader de la jeunesse dans l’ancien parti démocrate de Côte d’Ivoire au pouvoir, est maintenant député. Candidat indépendant

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply