Jordanie- Le prince Abdallah dit avoir été assigné à résidence

Le demi-frère du roi de Jordanie Abdallah a déclaré samedi qu’il avait été assigné à résidence par les autorités jordaniennes et accusé les dirigeants du pays de corruption et d’incompétence.

Dans une déclaration enregistrée sur bande vidéo divulguée à la BBC , le prince Hamzah a déclaré avoir été visité tôt samedi par le chef militaire du pays et avoir dit: «Je n’étais pas autorisé à sortir, à communiquer avec les gens ou à les rencontrer.»

Il a déclaré que son service de sécurité avait été levé et que son téléphone et son service Internet avaient été coupés. Il a dit qu’il parlait sur Internet par satellite, mais qu’il s’attendait à ce que ce service soit également coupé.

Hamzah a déclaré qu’il avait été informé qu’il était puni pour avoir participé à des réunions dans lesquelles le roi avait été critiqué, bien qu’il n’ait pas lui-même été accusé d’être un critique direct.

Il a déclaré avoir déclaré au chef de l’armée: «Je ne suis pas la personne responsable de l’échec de la gouvernance, de la corruption et de l’incompétence qui prévalent dans notre structure de gouvernement depuis 15 à 20, Je ne suis pas responsable du manque de confiance des gens dans leurs institutions. Ils sont responsables.

Le plus haut général du pays avait auparavant nié que Hamzah – un ancien prince héritier déchu du titre en 2004 – ait été arrêté ou assigné à résidence, alors même que les autorités annonçaient l’arrestation d’anciens hauts fonctionnaires proches de la monarchie au pouvoir.

Hamzah a été invité à «arrêter certains mouvements et activités qui sont utilisés pour cibler la sécurité et la stabilité de la Jordanie», a déclaré le général Yousef Huneiti, chef d’état-major de l’armée.

Il a déclaré qu’une enquête était en cours et que ses résultats seraient rendus publics «sous une forme transparente et claire».

«Personne n’est au-dessus des lois et la sécurité et la stabilité de la Jordanie sont au-dessus de tout», a-t-il déclaré à l’agence de presse officielle Petra.

Petra avait précédemment rapporté que deux hauts fonctionnaires qui travaillaient auparavant pour le palais, ainsi que d’autres suspects, avaient été arrêtés pour «des raisons de sécurité», sans fournir plus de détails.

Le rapport de l’agence Petra indique que Sharif Hassan bin Zaid, un membre de la famille royale, et Bassem Ibrahim Awadallah, un ancien chef de la cour royale, ont été arrêtés. Awadallah, a également été ministre de la Planification et ministre des Finances et a des intérêts commerciaux privés dans toute la région du Golfe.

L’agence n’a pas fourni plus de détails ni nommé les autres personnes arrêtées.

«Nous suivons de près les rapports et sommes en contact avec les responsables jordaniens», a déclaré le porte-parole du département d’État, Ned Price. «Le roi Abdallah est un partenaire clé des États-Unis, et il a tout notre soutien.»

L’agence de presse officielle d’Arabie saoudite a déclaré que le royaume «a confirmé son plein soutien à la Jordanie et à son roi et prince héritier dans toutes les décisions et procédures visant à maintenir la sécurité et la stabilité et à désamorcer toute tentative de les affecter».

Abdullah dirige la Jordanie depuis la mort en 1999 de son père, le roi Hussein, qui a dirigé le pays pendant près d’un demi-siècle.

Le roi a cultivé des relations étroites avec les États-Unis et d’autres dirigeants occidentaux au fil des ans, et la Jordanie était un allié clé dans la guerre contre le groupe État islamique.

Le pays est frontalier d’Israël, de la Cisjordanie occupée, de la Syrie, de l’Irak et de l’Arabie saoudite.

L’économie jordanienne a été frappée par la pandémie de coronavirus. Le pays, qui compte environ 10 millions d’habitants, accueille également plus de 600 000 réfugiés syriens.

La Jordanie a fait la paix avec Israël en 1994. Ils maintiennent des liens de sécurité étroits, mais les relations ont par ailleurs été tendues ces dernières années, en grande partie en raison des différends liés au conflit d’Israël avec les Palestiniens.

La Jordanie abrite plus de 2 millions de réfugiés palestiniens, dont la plupart ont la citoyenneté jordanienne.

La stabilité en Jordanie et le statut du roi sont depuis longtemps un sujet de préoccupation, en particulier sous l’administration Trump, qui a apporté un soutien sans précédent à Israël et a cherché à isoler les Palestiniens, notamment en réduisant le financement des réfugiés palestiniens.

Début 2018, alors que le président de l’époque, Donald Trump, menaçait de réduire l’aide aux pays qui ne soutenaient pas les politiques américaines, l’administration a augmenté l’aide à la Jordanie de plus d’un milliard de dollars sur cinq ans.

Abdullah a dépouillé son demi-frère Hamzah de son titre de prince héritier en 2004, affirmant qu’il avait décidé de le «libérer» des «contraintes du poste» afin de lui permettre d’assumer d’autres responsabilités.

Cette décision était considérée à l’époque comme faisant partie de la consolidation du pouvoir d’Abdullah cinq ans après la succession.

Le prince héritier actuel est le fils aîné d’Abdullah, Hussein, âgé de 26 ans.

La famille dirigeante de Jordanie fait remonter sa lignée au prophète.

Abdullah avait choisi Hamzah comme son prince héritier quelques heures après la mort de leur père d’un cancer en février 1999.

Cette désignation était par respect pour le roi Hussein, qui était connu pour avoir favorisé Hamzah le plus parmi ses 11 enfants issus de quatre mariages.

Abdullah et Hamzah n’ont affiché aucune rivalité ouverte au fil des ans.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply