Un journaliste de l’Associated Press arrêté par la police au Myanmar

Un journaliste de l’Associated Press a été arrêté par la police alors qu’il couvrait des manifestations contre le coup d’État militaire au Myanmar.

Le journaliste Thein Zaw, 32 ans, a été placé en garde à vue avec un certain nombre d’autres personnes samedi matin à Yangon, la plus grande ville du pays.

L’arrestation a eu lieu alors que la police accusait les manifestants de se rassembler à l’intersection du centre Hledan, qui est devenu un point de rencontre pour les manifestants qui continuent ensuite de manifester ailleurs dans la ville. Il est resté détenu dimanche et se trouverait dans la tristement célèbre prison d’Insein à Yangon.

«L’Associated Press demande la libération immédiate du journaliste de l’AP Thein Zaw, qui a été détenu au Myanmar alors qu’il faisait son travail», a déclaré Ian Phillips, vice-président de l’AP pour les informations internationales. «Les journalistes indépendants doivent être autorisés à rapporter les informations librement et en toute sécurité sans crainte de représailles.

L’AP dénonce dans les termes les plus vifs la détention arbitraire de Thein Zaw. Le Club des correspondants étrangers du Myanmar a également condamné l’arrestation. «La FCCM appelle à la libération immédiate et inconditionnelle de Thein Zaw et des autres journalistes détenus, et exhorte toutes les autorités compétentes à assurer la sûreté et la sécurité des journalistes qui exercent leurs fonctions professionnelles couvrant les manifestations en cours dans le pays», a-t-il déclaré.

Les autorités ont considérablement intensifié leur répression contre les manifestants ces derniers jours. Dimanche, les forces de sécurité ont procédé à de nouvelles arrestations massives et ont ouvert le feu sur les manifestants le jour le plus meurtrier depuis le coup d’État du 1er février qui a renversé le gouvernement élu d’Aung San Suu Kyi.

Le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a déclaré qu’il disposait d ‘«informations crédibles» selon lesquelles au moins 18 personnes avaient été tuées et 30 blessées. Le coup d’État a renversé des années de lent progrès vers la démocratie après cinq décennies de régime militaire.

Le parti de la Ligue nationale pour la démocratie de Suu Kyi aurait été installé pour un second mandat de cinq ans, mais l’armée a empêché le Parlement de se réunir et l’a détenue, ainsi que le président Win Myint, ainsi que d’autres membres éminents de son gouvernement.

En décembre 2017, deux journalistes travaillant pour l’agence de presse Reuters ont été arrêtés alors qu’ils travaillaient sur un article sur la minorité Rohingya du Myanmar. Ils ont été accusés d’avoir détenu illégalement des documents officiels, bien qu’ils aient soutenu qu’ils avaient été piégés en raison de l’opposition officielle à leurs reportages.

Bien que leur cas ait attiré l’attention internationale, ils ont été reconnus coupables l’année suivante et condamnés à sept ans d’emprisonnement. Ils ont été libérés en 2019 dans le cadre d’une grâce présidentielle de masse.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply