l’Ethiopie le Soudan et l’égypte vers un accord sur le barrage du Nil

Les dirigeants du Soudan, de l’Éthiopie et de l’Égypte ont déclaré qu’ils espéraient que l’Union africaine pourrait les aider à conclure un accord pour mettre fin à un différend d’une décennie sur l’approvisionnement en eau dans un délai de deux à trois semaines.

L’Éthiopie, qui construit le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) qui inquiète ses voisins en aval l’Égypte et le Soudan, a déclaré qu’elle remplirait le réservoir dans quelques semaines, comme prévu, ce qui donnerait suffisamment de temps pour conclure les pourparlers.

Des négociations tortueuses au fil des ans ont laissé les deux nations et leur voisin le Soudan à court d’un accord pour réglementer la façon dont l’Éthiopie exploite  le barrage et remplira son réservoir, tout en protégeant les rares approvisionnements en eau de l’Égypte du Nil.

Le ministre éthiopien de l’eau, Seleshi Bekele, a déclaré qu’un consensus avait été atteint pour finaliser un accord dans un délai de deux à trois semaines, un jour après que les dirigeants des trois pays et le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui préside l’Union africaine, ont tenu un sommet en ligne.

Billene Seyoum, porte-parole du Premier ministre éthiopien, a déclaré que dans l’accord de vendredi, il n’y avait “aucune divergence par rapport à la position initiale de l’Éthiopie de remplir le barrage”.

La présidence égyptienne a déclaré dans un communiqué après le sommet que l’Éthiopie ne remplirait pas le barrage unilatéralement.

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) est en cours de construction à environ 15 km (9 miles) de la frontière avec le Soudan sur le Nil Bleu, la source de la plupart des eaux du Nil.

L’Éthiopie affirme que le projet hydroélectrique de 4 milliards de dollars, qui aura une capacité installée de 6 450 mégawatts, est essentiel à son développement économique.

Le bureau du Premier ministre éthiopien a déclaré que les trois pays étaient convenus que le Nil et le barrage du Grand Renaissance «sont des problèmes africains auxquels il faut apporter des solutions africaines».

Vendredi, le cycle de pourparlers négocié par l’Union africaine est la dernière tentative de faire avancer les négociations qui ont été à plusieurs reprises bloquées en raison de désaccords techniques et politiques. Ils indiquent également une intention de résoudre le problème sans intervention étrangère.

 

AlgerieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply