Wikileaks, Le combat juridique de Julian Assange reprend à Londres

Julian Assange a repris lundi sa bataille devant un tribunal de Londres pour éviter l’extradition vers les États-Unis pour faire face à des accusations criminelles pour les activités de son site Web WikiLeaks, après des mois de retard en raison du verrouillage du coronavirus.

Les autorités américaines accusent Assange, 49 ans, d’origine australienne, d’avoir conspiré pour pirater les ordinateurs du gouvernement et d’avoir violé une loi sur l’espionnage en relation avec la publication de câbles confidentiels par WikiLeaks en 2010-2011.

Assange a officiellement refusé d’être extradé pour faire face à un acte d’accusation de remplacement émis par les autorités américaines en juin.

Assange est considéré par ses admirateurs comme un champion de la liberté d’expression qui a dénoncé les abus de pouvoir des États-Unis.

Ses détracteurs disent qu’en publiant des documents non expurgés, il a mis en danger imprudemment la vie de sources de renseignement. Il a également suscité des critiques plus récentes sur la publication par WikiLeaks lors de la campagne présidentielle américaine de 2016 de documents volés au Comité national démocrate, endommageant la candidate Hillary Clinton.

Il nie les accusations des enquêteurs américains selon lesquelles WikiLeaks aurait obtenu ces documents de pirates informatiques russes. La question ne fait pas partie de la procédure judiciaire.

Assange a fait la une des journaux internationaux en 2010 lorsque WikiLeaks a publié une vidéo militaire américaine montrant une attaque en 2007 par des hélicoptères Apache à Bagdad qui a tué une douzaine de personnes, dont deux membres du personnel de presse de Reuters.

Le site a ensuite publié des documents militaires américains et de câbles diplomatiques. CHARGES «POLITIQUES» Les audiences d’extradition ont commencé en février, mais ont ensuite été reportées de quelques mois avant d’être encore retardées en raison d’un verrouillage à l’échelle nationale pour freiner la propagation du COVID-19.

Les avocats d’Assange affirment qu’il ne bénéficierait pas d’un procès équitable aux États-Unis pour des motifs politiques. Ils ont également déclaré qu’il risquerait de se suicider s’il était envoyé aux États-Unis, où ils disent qu’il pourrait encourir 175 ans de prison.

La poursuite d’Assange faisait partie de la «déclaration de guerre effective du président Donald Trump contre les fuyards et les journalistes», ont-ils soutenu dans des documents judiciaires. «Il était un symbole évident de tout ce que Trump condamnait, ayant porté les crimes de guerre américains à l’attention du monde.»

Les difficultés juridiques d’Assange en Grande-Bretagne remontent à 2010, quand il a commencé à lutter pour tenter de l’extrader vers la Suède pour répondre aux questions sur les allégations d’agression sexuelle, qui ont depuis été abandonnées.

En juin 2012, face à une extradition imminente, il a cherché refuge à l’ambassade équatorienne. Il a passé sept ans enfermé là-haut. Sa partenaire, Stella Moris, a révélé cette année qu’il avait engendré deux enfants à l’intérieur de l’ambassade.

Après que l’Équateur a révoqué son asile, il a été traîné hors de l’ambassade en avril 2019 et a purgé une courte peine de prison britannique pour avoir violé les conditions de la mise en liberté sous caution. Il reste emprisonné en attendant le résultat de la demande d’extradition américaine.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

One thought on “Wikileaks, Le combat juridique de Julian Assange reprend à Londres

  1. moi j’appellerai pas ça espionnage, mais recherche de vérité ,ca ne met en danger personne sauf divulgation de secret sur la fabrication d’un armement dangereux et Assange n’a fait que rapporter des éléments nuisibles a certains gens malhonnetes

Leave a Reply