L’Iran, un stock d’uranium dix fois plus élevé que la limite autorisée

L’Iran a maintenant plus de 10 fois la quantité d’uranium enrichi autorisée en vertu d’un accord international, selon des observateurs de l’ONU.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré que le stock d’uranium enrichi de l’Iran avait atteint 2 105 kg (4 640 lb).

L’Iran insiste sur le fait que son programme nucléaire est exclusivement à des fins pacifiques. Cela vient après que l’Iran a donné aux inspecteurs de l’AIEA l’accès à l’un des deux anciens sites nucléaires présumés.

L’agence a déclaré qu’elle préleverait des échantillons sur le deuxième site plus tard ce mois-ci.

L’année dernière, l’Iran a commencé à renier délibérément et publiquement les engagements qu’il avait pris dans le cadre de l’accord nucléaire international, signé en 2015 par l’Iran, la Chine, la France, l’Allemagne, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis. Cela incluait la production d’uranium enrichi plus qu’il n’était autorisé – mais seulement à des niveaux d’enrichissement bien inférieurs à ceux requis pour une utilisation dans les armes atomiques.

La décision de l’Iran est venue en représailles aux sanctions américaines rétablies par le président Donald Trump lorsqu’il a abandonné l’accord.

Pour fabriquer une arme nucléaire, l’Iran aurait besoin de produire 1 050 kg d’uranium enrichi à 3,67%, mais il faudrait ensuite l’enrichir davantage à 90% ou plus, selon le groupe de défense américain Arms Control Association.

L’accord a fixé une limite de 300 kg d’uranium enrichi sous une forme composée particulière (UF6), ce qui équivaut à 202,8 kg d’uranium.

L’uranium faiblement enrichi – qui a une concentration comprise entre 3% et 5% d’U-235 – peut être utilisé pour produire du combustible pour les centrales électriques.

L’uranium de qualité militaire est enrichi à 90% ou plus. Les experts disent que le processus d’enrichissement pourrait prendre beaucoup de temps, si Téhéran choisissait de le faire.

La semaine dernière, l’Iran a déclaré qu’il avait accepté “de bonne foi” de permettre aux inspecteurs d’armes d’accéder aux sites pour résoudre les problèmes en suspens liés aux garanties nucléaires.

L’AIEA a reproché à l’Iran de ne pas avoir répondu à ses questions sur d’éventuelles matières nucléaires non déclarées et activités liées au nucléaire sur les deux sites et de lui avoir refusé l’accès.

Dans la dernière déclaration, l’observateur de l’ONU a déclaré que l’Iran avait “fourni aux inspecteurs de l’agence l’accès à l’endroit pour prélever des échantillons environnementaux”. “Les échantillons seront analysés par des laboratoires faisant partie du réseau de l’agence”, a-t-il ajouté.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply