Un début chaotique des négociations de transition au Mali

Les negotiations au Mali sur le retour à un régime civil après le coup d’État militaire du mois dernier ont connu un début chaotique samedi. les opposants au président déchu ont accusé la junte au pouvoir de les exclure de certaines négociations.

Des centaines de représentants de la junte, des partis politiques et des groupes de la société civile ont assisté au début des pourparlers dans la capitale Bamako, qui devraient tracer la voie après le coup d’État du 18 août qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita.

La prise de contrôle militaire a été saluée par de nombreux Maliens, fatigués de la violence des milices islamistes et ethniques et de la corruption présumée de haut niveau.

Mais la junte, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), est sous la pression intense des voisins ouest-africains pour rendre rapidement le pouvoir aux civils.

Moins d’une heure après le début de la cérémonie d’ouverture, les partisans de la coalition M5-RFP, qui avait mené des manifestations de masse contre Keita avant le coup d’État, ont commencé à protester, accusant la junte de les exclure de la plupart des groupes de travail.

Les partisans du M5-RFP dans la salle de conférence ont crié à l’animateur sur scène, mettant un terme aux débats. «Ça sent le pourri», a déclaré Moussa Ouattara, un partisan du M5-RFP. «Le CNSP est dans tous les groupes mais le M5-RFP n’est que dans un seul groupe.»

Le modérateur a par la suite annoncé que le M5-RFP pourrait participer à tous les groupes de travail, ce qui a calmé les partisans de la coalition et permis à l’événement de reprendre.

Le M5-RFP a exprimé son soutien enthousiaste au coup d’État, mais a vivement critiqué la junte la semaine dernière après qu’elle n’ait pas été invitée à des consultations préliminaires sur la transition.

Les pourparlers, qui se tiennent également dans les capitales régionales du Mali, devraient se poursuivre dimanche et reprendre à la fin de la semaine prochaine.

Les puissances internationales craignent que l’incertitude politique à Bamako ne sape la lutte dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest contre les militants islamistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique, comme l’a fait un précédent coup d’État en 2012.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply