Le president Sissi obtient l’accord du parlement pour une éventuelle intervention en Libye

Le Parlement égyptien a donné le feu vert au président Abdel-Fattah al-Sissi pour une éventuelle intervention militaire en Libye en approuvant le déploiement de forces armées à l’étranger pour combattre les «groupes terroristes» et les «milices».


Une forte escalade militaire en Libye, où des combattants dirigés par le commandant oriental Khalifa Haftar se sont battus contre les forces du gouvernement internationalement reconnu, pourrait risquer de déclencher un conflit direct entre les puissances étrangères qui ont déversé des armes et des combattants en violation d’un embargo sur les armes.

Sissi a averti la semaine dernière que l’Égypte ne resterait pas inactive s’il y avait une menace pour la sécurité nationale en Égypte et son voisin occidental, la Libye.

L’Égypte, aux côtés des Émirats arabes unis et de la Russie, soutient Haftar, qui a abandonné une offensive sur la capitale le mois dernier après que la Turquie a intensifié son soutien à Tripoli.

L’Égypte a lancé des frappes aériennes contre des militants présumés en Libye depuis que le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011 a plongé le producteur de pétrole dans le chaos.

Il a également soutenu Haftar, un ancien général de Kadhafi, depuis 2014, date à laquelle il a rassemblé une force dans l’est de la Libye, selon les rapports de l’ONU. Mais l’envoi de troupes de combat au sol serait une escalade majeure.

Le parlement libyen basé à l’est, allié à Haftar, a demandé au Caire ce mois-ci d’intervenir militairement pour contrer la Turquie, et son président a salué la décision de l’Égypte lundi, a déclaré un porte-parole.

Le parlement égyptien a déclaré lors du vote soutenu par tous les députés présents que les troupes défendent la sécurité nationale sur le «front stratégique occidental contre le travail des milices criminelles armées et des éléments terroristes étrangers».

Il n’a pas donné de détails, de calendrier ni de nom direct de la Libye. Il n’a pas non plus mentionné la Turquie.

La télévision d’État égyptienne a ensuite diffusé des banderoles à l’écran disant: «Égypte et Libye, un peuple, un destin».

La dernière fois que l’Égypte a envoyé des troupes au sol à l’étranger pour combattre, c’était en 1991 au Koweït dans le cadre d’une coalition dirigée par les États-Unis pour chasser les troupes irakiennes.


Peu de temps avant le vote, Sissi et le président américain Donald Trump se sont entretenus par téléphone.

“Les deux dirigeants ont affirmé la nécessité d’une désescalade immédiate en Libye, notamment par un cessez-le-feu et des progrès dans les négociations économiques et politiques”, a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Trump a également déclaré au président français Emmanuel Macron par téléphone que le conflit «a été exacerbé par la présence de forces et d’armes étrangères», a déclaré la Maison Blanche.

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré aux journalistes: “Il n’y a pas de solution militaire à la crise actuelle en Libye et il doit y avoir un cessez-le-feu immédiat.”

L’Égypte est préoccupée par l’instabilité en Libye et par le soutien de la Turquie aux forces de Tripoli.

Les forces du gouvernement de Tripoli se sont rapprochées de la ville centrale de Syrte, qu’elles espèrent reprendre à l’armée nationale libyenne de Haftar et qui est la porte d’entrée des ports d’exportation de pétrole détenus par la LNA. Sissi a déclaré la ligne de front de Syrte une ligne rouge pour l’Égypte.

Les responsables égyptiens qualifient souvent les groupes armés de Tripoli et de l’ouest de la Libye de «milices» et considèrent Haftar comme dirigeant une «force antiterroriste».

AlgerieMonde.Live

 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply