Facebook bloquera les publicités des médias contrôlés par l’État

Facebook a annoncé jeudi qu’il n’autoriserait plus les médias contrôlés par l’État à diffuser des annonces sur ses réseaux sociaux, à compter de cet été.

Cette décision fait partie de ses efforts pour empêcher l’ingérence étrangère dans les élections américaines de 2020 et fait suite à des critiques massives selon lesquelles il ne l’a pas fait lors des élections de 2016. “Plus tard cet été, nous commencerons à bloquer les publicités de ces points de vente aux États-Unis par prudence afin de fournir une couche supplémentaire de protection contre divers types d’influence étrangère dans le débat public avant les élections de novembre 2020 aux États-Unis”, société a déclaré dans un article de blog.

Parmi les points de vente qui recevront des étiquettes figurent Russia Today et Spoutnik de Russie, ainsi que CCTV et Xinhua News en Chine.

 


Facebook a généré près de 70 milliards de dollars de revenus publicitaires en 2019, mais la société a déclaré jeudi que les médias contrôlés par l’État faisaient rarement de la publicité aux États-Unis.

En outre, Facebook commencera jeudi à étiqueter les pages et les publications des médias contrôlés par l’État, donnant aux utilisateurs plus d’informations sur qui possède et gère ces entités.

Facebook a annoncé en octobre qu’il prévoyait de déployer ces étiquettes pour offrir aux utilisateurs plus de transparence.

La décision de Facebook d’appliquer ces étiquettes et de bloquer les publicités des médias contrôlés par l’État intervient après que la société a été confrontée à une vague de critiques de la part des partenaires et des employés,pour son refus de modérer la publication la semaine dernière du président Donald Trump.

Ce post a abordé les émeutes au lendemain de la mort de George Floyd, en disant que “lorsque le pillage commence, le tournage commence.”

La société a déclaré qu’elle ne modérerait pas ou ne supprimerait pas le message de Trump parce que Facebook soutient la liberté d’expression, et qu’elle ne pense pas qu’elle devrait être un arbitre de la vérité.

Twitter a signalé le tweet de Trump sur le pillage menant à des tirs, disant qu’il violait les politiques de Twitter sur “glorifier la violence”. Trump a nié qu’il avait l’intention d’inciter à la violence.

 

AlgerieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply