50% de la population mondiale sera infectée

Les projections économiques concernant l’impact de l’épidémie de coronavirus restent incertaines. Le scénario de base de l’Economist est basé sur une série d’hypothèses épidémiologiques concernant le virus. Nous pensons qu’environ 50% de la population mondiale sera infectée, que 20% des cas symptomatiques seront graves et qu’environ 1% (peut-être moins) des cas symptomatiques se révéleront fatals. Nous nous attendons à ce que les gouvernements lèvent progressivement les blocages une fois que le nombre de cas diminue et que la capacité disponible des systèmes de santé est suffisante.
Sur le plan économique, nous supposons que le pire des dommages se produira au deuxième trimestre 2020, lorsqu’un grand nombre d’économies seront soumises aux mesures de confinement les plus strictes. Les indicateurs économiques devraient commencer à s’améliorer à partir du troisième trimestre, mené par la Chine, qui est en avance dans sa réponse à la pandémie.
2021: la vie, mais pas telle que nous la connaissons
Dans notre scénario de référence, le relâchement de la demande refoulée, la politique monétaire souple, les effets décalés des mesures de relance budgétaire et l’effet mathématique d’une base basse feront grimper les taux de croissance économique en 2021. Cependant, la vie continuera de se sentir différente. La confiance des particuliers et des entreprises restera modérée, reflétant la période d’incertitude continue jusqu’à ce qu’un vaccin ou un traitement soit finalisé et distribué à un coût abordable. Certains travailleurs vulnérables peuvent choisir de rester isolés de peur de contracter le virus. Le coût pour la santé mentale de l’éloignement social prolongé deviendra plus évident et sera coûteux. Certaines économies seront obligées de réimposer des mesures de verrouillage, ce qui interrompra leur reprise économique et empêchera le rétablissement complet des chaînes d’approvisionnement et des liaisons de transport.
Risques de baisse élevés en 2021, y compris les deuxième et troisième vagues
Il existe plusieurs risques à la baisse pour notre scénario de référence pour 2021. Le plus important d’entre eux est que le virus n’est pas maîtrisé d’ici la fin de 2020, ou que des deuxième ou troisième vagues émergent et sont tout aussi mortelles. À l’heure actuelle, on suppose que la plupart des personnes qui contractent et se rétablissent de Covid-19 développent une certaine immunité, mais cela n’a pas été rigoureusement testé, et on ne sait pas combien de temps une telle immunité peut durer. Quoi qu’il en soit, des recherches récentes suggèrent que seule une faible proportion de la population a été infectée, de sorte que les niveaux d’immunité resteront globalement bas.
2022: vacciner, vacciner, vacciner
L’année suivante sera dominée par le défi de la fabrication et de la distribution des vaccins. L’humanité a déjà vaincu des virus mortels grâce à des vaccinations, mais pas avec une population aussi importante et mobile. La politique de distribution des vaccins sera extrêmement délicate, et probablement bien pire que les controverses récentes entourant la distribution des équipements de protection individuelle (EPI). Néanmoins, comme une plus grande partie de la population développe une immunité par l’infection ou une protection par la vaccination, l’économie mondiale devrait être en mesure de continuer à se redresser. Nous nous attendons à ce que les marchés du travail se renforcent et que davantage de croissance soit générée par le secteur privé et moins par les mesures de relance gouvernementales.
Le vaccin sera-t-il à la hauteur des attentes?
Le risque le plus notable pour nos prévisions pour 2022 est la chronologie entourant le vaccin. Des retards sont probables. Le processus devra inclure des tests sur les animaux, suivis d’essais humains à grande échelle pour s’assurer que le vaccin est à la fois efficace et sûr, et pour déterminer la posologie correcte et étudier tous les effets secondaires. L’efficacité est un problème majeur; dans les meilleures années, le vaccin contre la grippe n’est efficace qu’à environ 50%, et il peut tomber à moins de 10% dans certains groupes d’âge, en particulier les personnes âgées, qui sont également les plus vulnérables à Covid-19.

 

AlgerieMonde.

A Report From The Economiste.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply