Voila ce que les riches investisseurs faisaient avec leur argent alors que le marché s’effondrait

Les investisseurs ultra-riches étaient de gros acheteurs et vendeurs d’actions fin mars et début avril, ce qui suggère que les fluctuations sauvages du marché provoquées par la pandémie de coronavirus ont créé des opportunités pour ceux qui ont de l’argent liquide. Les investisseurs ayant au moins 15 millions de dollars d’actifs investissables étaient quatre ou cinq fois plus susceptibles que les autres investisseurs d’acheter et de vendre des actions entre la mi-mars et la première semaine d’avril, selon une enquête de Spectrem Group, une firme de recherche de patrimoine. Au total, 37% des riches investisseurs ont acheté des actions au cours de la période de trois semaines qui comprenait le dernier creux du marché le 23 mars. Près de la moitié – ou 48% – a vendu des actions au cours de la même période. En comparaison, seulement 7% des investisseurs moins riches – ceux qui ont entre 100 000 $ et 500 000 $ d’actifs investissables – ont acheté des actions au cours de la période de trois semaines. Et seulement 9% ont vendu des actions, tandis que 80% n’ont apporté aucun changement. L’échange actif, et surtout l’achat, par les riches fait écho à l’une des plus grandes leçons d’investissement de la crise de 2009. Alors que de nombreux investisseurs individuels ont vendu des actions en 2008 et au début de 2009 parce qu’ils ne pouvaient plus supporter les pertes, les investisseurs les plus riches se négociaient beaucoup plus activement, beaucoup achetant du début au milieu de 2009 grâce à des mesures de relance monétaire et budgétaire. En conséquence, les riches investisseurs qui ont maintenu ou augmenté leur exposition aux actions ont fini par récupérer leur richesse beaucoup plus rapidement que ceux qui avaient renfloué du marché. «À l’instar des mesures d’investissement prises pendant la crise économique, les investisseurs les plus riches considèrent la volatilité actuelle du marché comme une opportunité de profiter de niveaux de marché plus bas pour acheter des actions», a déclaré George Walper, président de Spectrem. Dans la crise actuelle, la pandémie de coronavirus a fait des ravages sur l’économie, car les gens se sont mis à l’abri pour aider à prévenir la propagation de Covid-19. À l’échelle mondiale, il y a eu plus de 2,4 millions de cas, avec au moins 168 500 décès, selon les données compilées par l’Université Johns Hopkins.

En risquant davantage, les riches peuvent également perdre davantage – du moins à court terme. Au moins 30% des investisseurs ayant 15 millions de dollars ou plus ont déclaré avoir «perdu une quantité importante» de leur valeur nette, et 44% ont déclaré avoir perdu «une bonne quantité». Parmi les investisseurs aisés – ou ceux qui ont entre 100 000 $ et 500 000 $ – seulement 22% ont déclaré avoir perdu «des montants importants» et 27% ont perdu «un montant équitable». Les investisseurs riches et riches font également le plein d’argent. Les investisseurs avec 100 000 $ ou plus en actifs investissables ont maintenant 32% de leurs portefeuilles en espèces – le plus haut niveau depuis 2009, a déclaré Walper. Les investisseurs avec 15 millions de dollars ou plus ont leurs avoirs en espèces les plus élevés depuis 2008. Walper a déclaré que les fortes liquidités suggèrent probablement que les investisseurs s’attendent à une autre baisse de prix pour des prix d’achat plus attractifs – ou qu’ils veulent simplement un coussin de trésorerie plus important pour un marché prolongé et un marasme économique. Selon l’enquête, une majorité d’investisseurs disposant de 100 000 $ ou plus s’attendent à ce que les marchés ne retrouvent pas leurs niveaux d’avant la crise avant les élections de novembre.

PUBLIÉ LE LUN 20 AVR 202

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply