La France envoie des forces spéciales en Guadeloupe au milieu des émeutes contre les restrictions COVID

Le ministre de l’Intérieur, Gerald Darmanin, a déclaré que 50 policiers des forces spéciales de la police se rendraient dans le territoire français d’outre-mer, en plus des 200 policiers envoyés de la métropole.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a dénoncé des violences “inacceptables” sur le territoire français d’outre-mer. Il a déclaré que 50 policiers des forces spéciales de la police se rendraient en Guadeloupe, en plus des 200 policiers envoyés de France métropolitaine.

Cela survient après plusieurs jours de protestations et de barrages routiers qui ont dégénéré en émeutes. M. Darmanin a déclaré au journal français Le Parisien “quelques coups de feu ont été tirés contre des policiers” en Guadeloupe et qu’il y avait eu des pillages.

Des images sur les réseaux sociaux ont montré que des voitures et des bâtiments avaient été incendiés, les médias français rapportant que plusieurs bâtiments du centre-ville de Pointe-à-Pitre, la plus grande ville de l’île, avaient été détruits.

Les barrages routiers ont mis les hôpitaux dans “une situation très difficile pendant quelques heures” avec des patients et des fournitures incapables de les atteindre, a déclaré M. Darmanin.

Jusqu’à présent, au moins 31 personnes ont été arrêtées par la police. Le préfet de Guadeloupe Alexandre Rochatte a imposé un couvre-feu nocturne de 18h à 5h du matin. Samedi, il a déclaré que certaines installations électriques à proximité des barrages avaient été endommagées, ce qui a provoqué des coupures de courant chez certains clients.

Les manifestations ont été déclenchées par les syndicats pour dénoncer le pass sanitaire coronavirus requis pour accéder aux restaurants, cafés, lieux culturels, arènes sportives et pour les déplacements longue distance. Ils manifestaient également contre les vaccinations obligatoires en France pour les travailleurs de la santé.

AlgerieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply