Le journaliste néerlandais De Vries meurt après la fusillade d’Amsterdam

De Vries, une figure nationale des Pays-Bas réputée pour son travail de dénonciation des chefs de la mafia et des barons de la drogue, a été abattu en plein jour le 7 juillet près de l’une des places les plus fréquentées d’Amsterdam, quelques minutes seulement après avoir quitté un studio de télévision.

Après plus d’une semaine dans un état critique, le journaliste d’investigation de 64 ans « s’est battu jusqu’au bout, mais n’a pas pu gagner la bataille », a déclaré sa famille dans un communiqué cité par la chaîne néerlandaise RTL.

Le communiqué indique qu’il est décédé entouré de ses proches. De Vries a reçu jusqu’à cinq balles à bout portant, dont une à la tête, alors qu’il s’éloignait du studio de la Lange Leidsedwarsstraat mardi soir dernier après une apparition dans une émission de discussion.

La police néerlandaise a arrêté deux suspects en lien avec la fusillade : un Néerlandais de 21 ans et un Polonais de 35 ans vivant aux Pays-Bas.

“Peter a vécu par sa conviction:” À genoux, ce n’est pas un moyen d’être libre “”, a déclaré sa famille. “Nous sommes incroyablement fiers de lui et en même temps inconsolables.”

De Vries est devenu célèbre pour son reportage sur l’enlèvement en 1983 du géant de la bière le millionnaire Fredy Heineken, qui a ensuite été adapté dans un film. Il a ensuite aidé la police à résoudre un certain nombre d’affaires très médiatisées tout au long de sa carrière et a remporté un Emmy Award en 2005 pour une émission qu’il a réalisée sur Natalee Holloway, une adolescente américaine disparue lors de vacances sur l’île caribéenne d’Aruba. Il a eu sa propre émission pendant près de deux décennies et avant sa mort, il travaillait comme conseiller d’un ancien membre d’un gang témoignant dans une affaire contre Ridouan Taghi, qui a été accusé de plusieurs meurtres et de trafic de drogue.

L’attaque contre De Vries a été reçue avec un grand choc aux Pays-Bas et décriée dans toute l’Europe.

Le roi des Pays-Bas, Willem-Alexander, et son épouse, Máxima, ont souligné dans une déclaration que « les journalistes doivent pouvoir faire leur travail important librement et sans être menacés ».

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply