États-Unis- Le Trésor américain fixe un impôt global sur les sociétés mondial d’au moins 15%

Le département américain du Trésor a proposé jeudi d’accepter un impôt global minimum sur les sociétés d’au moins 15% lors des négociations internationales, un taux nettement inférieur au minimum proposé de 21% pour les entreprises multinationales américaines.

Le département a déclaré que la proposition avait été faite lors d’une réunion du groupe directeur fiscal de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices.

Le groupe vise à parvenir cet été à un large accord pour retravailler les règles d’imposition des multinationales et des grandes entreprises technologiques comme Alphabet Inc (GOOGL.O) et Facebook Inc (FB.O).

“Le Trésor a proposé au groupe de pilotage que le taux d’imposition minimum global soit d’au moins 15%”, a déclaré le département dans un communiqué.

“Le Trésor a souligné que 15% est un plancher et que les discussions devraient continuer à être ambitieuses et pousser ce taux plus haut.”

La secrétaire au Trésor des États-Unis, Janet Yellen, a proposé pour la première fois un impôt minimum sur les sociétés américain de 21% en avril dans le cadre de la proposition de dépenses d’infrastructure de (2.2 B) de dollars du président Joe Biden, qui serait financée en grande partie en augmentant le taux d’imposition des sociétés aux États-Unis à 28%.

L’administration Trump et les républicains du Congrès en 2017 ont réduit le taux d’imposition des sociétés de 35% à 21%. Dans le même temps, le Trésor a lancé un impôt minimum américain de 10,5%, connu sous le nom de Global Intangible Low-Taxed Income Tax (GILTI), pour capter les revenus transférés par les entreprises vers des paradis fiscaux.

Le taux GILTI de 21% proposé par l’administration Biden a été largement considéré comme un point de départ pour la reprise des négociations de l’OCDE sur un impôt minimum mondial.

Ce niveau a été soutenu par la France et l’Allemagne. Mais d’autres pays ont fait pression pour un taux plus bas, les discussions précédentes de l’OCDE sur le sujet s’étant centrées autour de 12,5%, le même taux appliqué par l’Irlande.

Un responsable du Trésor américain a déclaré que l’administration Biden continuerait de plaider pour le taux le plus élevé possible au-dessus de 15%, ajoutant que l’offre ne modifiait pas l’impôt minimum américain proposé de 21%.

Le responsable a déclaré que même à 15%, l’écart entre les taux minimaux américains et mondiaux se rétrécirait considérablement, car il n’y a actuellement pas d’impôt minimum mondial.

“Le taux de 15% est certainement plus réaliste compte tenu de la situation dans d’autres pays”, a déclaré Manal Corwin, responsable de la pratique fiscale nationale de KPMG à Washington et ancien fonctionnaire du Trésor.

“Surtout, cela indique que les États-Unis sont prêts à accepter un impôt minimum mondial bien en dessous du taux qu’ils proposent pour GILTI”, a-t-elle ajouté. “Je soupçonne qu’il était important pour parvenir à un accord à l’OCDE que les États-Unis soient prêts à accepter quelque chose de bien en dessous de 21%.”

Le département du Trésor a déclaré que les responsables de son Bureau de la politique fiscale étaient “encouragés par l’accueil positif de ses propositions et les progrès sans précédent accomplis vers l’établissement d’un impôt minimum mondial”. Il proposait un impôt minimum mondial comme moyen de minimiser l’impact d’un taux d’imposition américain plus élevé sur la compétitivité des entreprises américaines et de les dissuader de transférer leurs activités ou leurs bénéfices vers des juridictions à faible taux d’imposition.

Yellen avait déclaré qu’elle voulait mettre fin à une «course vers le bas de 30 ans sur les taux d’imposition des sociétés» à un moment où les gouvernements ont dépensé des milliards de dollars pour les mesures d’allégement du COVID-19.

Le département du Trésor a déclaré qu’il avait clairement indiqué lors de la réunion de l’OCDE qu’un taux d’imposition minimum mondial «garantirait la prospérité de l’économie mondiale sur la base de conditions plus équitables».

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply