Myanmar- Plusieurs manifestants tués par les forces de sécurité

Les forces de sécurité du Myanmar ont ouvert le feu sur l’une des plus grandes manifestations contre le régime militaire depuis des jours dimanche, tuant huit personnes, ont rapporté les médias, trois mois après qu’un coup d’État a plongé le pays dans la crise.

Les manifestations, après une période de diminution des foules et ce qui semblait être plus de retenue de la part des forces de sécurité, ont été coordonnées avec des manifestations dans les communautés birmanes du monde entier pour marquer ce que les organisateurs ont appelé «la révolution mondiale du printemps au Myanmar».

“Secouez le monde avec la voix de l’unité du peuple birman”, ont déclaré les organisateurs dans un communiqué.

Des flots de manifestants, certains dirigés par des moines bouddhistes, ont traversé des villes et des villages à travers le pays, y compris le centre commercial de Yangon et la deuxième ville de Mandalay, où deux personnes ont été tuées par balle, a rapporté l’agence de presse Mizzima.

Le site d’information de l’Irrawaddy avait précédemment publié une photo d’un homme qui, selon lui, était un agent de sécurité en civil qui visait avec un fusil à Mandalay.

Trois personnes ont été tuées dans la ville centrale de Wetlet, selon l’agence de presse Myanmar Now, et deux ont été tuées dans différentes villes de l’État de Shan, dans le nord-est, ont rapporté deux médias.

Une personne a également été tuée dans la ville minière de jade du nord de Hpakant, a rapporté le Kachin News Group.

Les manifestations ne sont que l’un des problèmes que les généraux ont provoqués avec leur éviction le 1er février du gouvernement élu dirigé par la lauréate du prix Nobel Aung San Suu Kyi.

Les guerres avec les insurgés des minorités ethniques dans les régions frontalières éloignées du nord et de l’est se sont considérablement intensifiées depuis le coup d’État, déplaçant des dizaines de milliers de civils, selon les estimations des Nations Unies.

Dans certains endroits, des civils avec des armes brutes ont combattu les forces de sécurité, tandis que dans les zones centrales, des installations militaires et gouvernementales sécurisées depuis des générations ont été touchées par des attaques à la roquette et une vague de petites explosions inexpliquées.

Aucune responsabilité n’a été réclamée pour les explosions.

Les médias Khit Thit ont rapporté une explosion devant une caserne de police à Yangon tôt dimanche.

Les véhicules étaient en feu, a-t-il déclaré, mais il n’a donné aucune information sur les victimes.

Plus tard, deux autres explosions ont éclaté dans la ville, dont une à l’extérieur du domicile d’un responsable de l’administration, blessant une personne, a rapporté l’Irrawaddy.

Un portail d’information de l’État de Shan a rapporté une explosion devant la maison d’un homme d’affaires de premier plan.

Le radiodiffuseur d’État dans son bulletin d’information du soir de samedi a donné des détails sur au moins 11 explosions au cours des 36 heures précédentes, principalement à Yangon.

“Certains émeutiers qui ne veulent pas de la stabilité de l’Etat ont lancé et posé des bombes artisanales sur les bâtiments gouvernementaux et sur les routes publiques”, a déclaré le radiodiffuseur.

Selon le groupe de défense de l’Association d’assistance aux prisonniers politiques, les forces de sécurité ont tué au moins 759 manifestants depuis le coup d’État.

L’armée, qui a régné pendant près de 50 ans jusqu’au lancement d’un processus de réforme provisoire il y a dix ans, a reconnu à la mi-avril la mort de 248 manifestants, affirmant avoir été tués après avoir déclenché des violences.

Les manifestations et une campagne de grèves de désobéissance civile ont paralysé l’économie et ont soulevé la perspective de 25 millions de personnes sombrant dans la pauvreté, a averti le Programme de développement des Nations Unies.

L’armée a déclaré qu’elle devait prendre le pouvoir parce que ses plaintes de fraude lors des élections de novembre remportées par le parti de Suu Kyi n’ont pas été traitées par une commission électorale qui a jugé le vote juste.

Suu Kyi, 75 ans, est détenue depuis le coup d’État avec de nombreux autres membres de son parti.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply