La zone euro subit une récession à double creux

L’économie de la zone euro est retombée en récession alors que l’impact de la pandémie continue de frapper l’activité.

Les économies européennes ont été contrecarrées par une recrudescence des infections cette année et par les restrictions liées à Covid.

La zone euro a reculé de 0,6% au cours de la période de janvier à mars – la deuxième contraction consécutive, qui est une définition largement utilisée d’une récession.

C’est le deuxième épisode de ce genre, une récession dite à double creux, depuis le début de la pandémie.

Cependant, parmi les économies nationales qui ont communiqué des données jusqu’à présent, ce schéma n’a été répété que par l’Italie.

D’autres pays ont signalé une certaine croissance au cours de l’un ou l’autre des deux derniers trimestres.

L’économie française a bien progressé au cours des trois premiers mois de cette année, de 0,4%, après une baisse fin 2020, bien que le rebond ait été qualifié par l’office national de statistique de «limité».

En Allemagne, c’était l’inverse, avec une certaine croissance au quatrième trimestre de l’année dernière et une forte baisse – de 1,7% – révélée par les derniers chiffres.

L’économie américaine s’accélère alors que la reprise se poursuit Certains facteurs spécifiques peuvent avoir affecté l’Allemagne.

Claus Vistesen de Pantheon Macroeconomics affirme que l’économie a été piquée par une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) qui a conduit à une baisse des dépenses et de la construction.

Une réduction temporaire de la TVA en Allemagne – destinée à soutenir l’économie pendant la pandémie – a pris fin au début de l’année.

Andrew Kenningham de Capital Economics a également souligné les perturbations de l’offre qui frappent le grand secteur manufacturier allemand, en particulier l’industrie automobile.

La situation dans son ensemble est une région où l’activité économique a de nouveau été freinée par la propagation du virus et les restrictions imposées pour le freiner.

Les chiffres sont particulièrement sombres dans le cas de l’Italie, où l’économie est encore 6,6% inférieure à celle de fin 2019, avant la pandémie.

Cela dit, les dommages économiques dans cette phase de la crise sanitaire sont moins graves.

L’activité économique dans la zone euro au cours de la période la plus récente a été 11% plus élevée qu’au nadir du deuxième trimestre de l’année dernière.

Cela confirme l’idée que les entreprises ont trouvé des moyens de réduire l’impact des restrictions sur ce qu’elles font, même si pour certaines, l’effet est encore sévère.

À l’avenir, cette faible performance devrait s’améliorer car les programmes de vaccination permettent un nouvel assouplissement des restrictions et renforcent la confiance des consommateurs.

Cela sera particulièrement important dans le sud de l’Europe, où de nombreuses entreprises doivent voir une reprise du tourisme.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply