Émigration clandestine: Plus de 100 enfants seuls secourus en essayant de traverser la Méditerranée

Les craintes grandissent quant au nombre d’enfants seuls risquant leur vie pour rejoindre l’Europe après que 114 aient été retirés de la mer Méditerranée en une journée cette semaine.

Les mineurs non accompagnés faisaient partie des 125 enfants sauvés mardi au large des côtes libyennes par les autorités, ont indiqué les agences humanitaires.

«Le nombre est incroyablement alarmant – c’est le plus grand nombre de relevés en une seule journée cette année et certainement l’un des plus élevés que nous ayons jamais enregistrés», a déclaré Juliette Touma, responsable régionale des communications de l’Unicef.

«Nous sommes particulièrement préoccupés par le fait qu’au cours des prochains mois, à mesure que les températures augmentent et que le temps s’améliore, nous verrons un nombre croissant de personnes, y compris des mineurs non accompagnés, essayer d’atteindre la sécurité de l’Europe pour une vie meilleure.»

Au moins 350 personnes, dont des enfants, se sont noyées ou ont été portées disparues en Méditerranée centrale depuis le début de l’année.

La majorité des jeunes ramassés lors du dernier sauvetage seront probablement envoyés dans des centres de détention surpeuplés en Libye, les laissant coincés dans un cycle d’abus, ont averti les agences humanitaires.

On estime que 1 100 enfants restent dans des centres dépourvus d’eau potable, d’hygiène de base et d’éducation, où la violence et l’exploitation sont monnaie courante.

«Les enfants ne devraient pas être arrêtés et détenus en tant que migrants», a déclaré Touma.

«Nous suivons la situation depuis de nombreuses années et avons interrogé des enfants qui nous ont parlé des conditions épouvantables.

«Nous demandons aux autorités libyennes de libérer tous les enfants détenus sous leur garde.»

La Libye accueille 51 828 enfants migrants et environ 14 572 enfants réfugiés, selon l’Unicef.

Malgré les dangers et la pandémie de coronavirus, il n’y a pas eu de diminution du nombre de personnes cherchant à atteindre l’Europe.

Ceux qui travaillent sur des missions de sauvetage en Méditerranée centrale décrivent l’étendue de l’eau au large de la Libye comme étant parfois comme une morgue ouverte.

La semaine dernière, 130 migrants se sont noyés après que leur annexe fragile ait chaviré dans une tempête, avec des vagues dans la région au large de Tripoli atteignant des hauteurs de six mètres.

Un coup de foudre, une traversée de la Méditerranée… et 130 âmes perdues en mer La hotline méditerranéenne, gérée par des volontaires, Alarm Phone a déclaré avoir relayé à plusieurs reprises la position GPS du bateau en détresse aux autorités européennes et libyennes le 21 avril, mais aucune mesure n’a été prise.

Le lendemain, des dizaines de corps ont pu être vus dans la mer. Le navire de la SOS Méditerranée, l’Ocean Viking – l’un des rares bateaux des ONG à opérer dans la région – recherchait des survivants et en a été témoin.

La coordinatrice de la recherche et du sauvetage, Luisa Albera, a déclaré: «Nous avons le cœur brisé. Nous pensons aux vies perdues et aux familles qui n’auront peut-être jamais la certitude de ce qui est arrivé à leurs proches. »

Derrière les chiffres, il y a des gens avec des histoires de perte, de peur, de désespoir et d’espoir d’une vie meilleure.

Cinq jours après la tragédie, l’Ocean Viking a secouru 236 survivants, dont trois enfants non accompagnés originaires de Guinée, qui ont déclaré avoir payé aux passeurs 2500 dinars libyens (400 £) chacun pour effectuer la périlleuse traversée.

D’une part, c’était la troisième fois qu’il tentait de rejoindre l’Europe après avoir été intercepté à deux reprises par les garde-côtes libyens.

Ibrahim, 15 ans, a déclaré qu’il avait toujours rêvé d’une belle vie en Europe.

«En Guinée, ma famille n’a aucun moyen. Je suis né dans la pauvreté, je ne veux pas mourir dans la pauvreté. «J’ai décidé de voyager en Europe quand j’étais petite.

Bien sûr, je savais que partir en Libye était dangereux mais je n’avais pas le choix. J’ai vendu ma moto et j’ai pris la route. »

Le groupe a déclaré que pendant leur séjour en Libye, ils travaillaient dans la construction pour une somme dérisoire, avaient été battus et insultés.

Risquer leur vie valait le sacrifice, disaient-ils, si cela signifiait la chance d’une vie meilleure.

Ils avaient tenté d’abandonner leur dernière tentative après avoir constaté le mauvais état du bateau, mais les passeurs les avaient forcés à embarquer.

Ils ont la chance que ce soit le bateau de sauvetage de l’ONG et non les autorités libyennes qui les ont mis en sécurité.

Mais leur avenir reste incertain alors qu’ils attendent de savoir où ils vont débarquer.

L’UNICEF a exhorté les gouvernements de la région à trouver des itinéraires plus sûrs pour les traversées maritimes et à mettre en œuvre des procédures d’arrivée adaptées aux enfants.

L’agence a déclaré: «Nous appelons les autorités d’Europe et de la Méditerranée centrale à soutenir et à accueillir les migrants et les réfugiés qui arrivent sur leurs côtes et à renforcer les mécanismes de recherche et de sauvetage.»

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply