Les grandes puissances se réunissent séparément avec les États-Unis et l’Iran sur un accord nucléaire

Des diplomates des grandes puissances se sont réunis mercredi séparément avec l’Iran et les États-Unis pour discuter de la manière de remettre les deux en conformité avec l’accord nucléaire de 2015 que Washington a abandonné il y a trois ans.

Ni les États-Unis ni l’Iran ne s’attendent à des percées rapides dans les pourparlers qui ont débuté mardi à Vienne, les diplomates européens et autres faisant office d’intermédiaires parce que Téhéran rejette pour l’instant les discussions en face à face.

L’ancien président américain Donald Trump s’est retiré de l’accord, qui a levé les sanctions économiques contre l’Iran en échange de restrictions à son programme nucléaire. Il a réimposé les sanctions américaines, incitant l’Iran à violer à son tour les limites atomiques de l’accord.

Les parties restantes de l’accord – l’Iran, la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l’Allemagne et la Russie – ont convenu mardi de former deux groupes d’experts dont le travail consiste à marier des listes de sanctions que les États-Unis pourraient lever avec des obligations que l’Iran devrait respecter.

Des diplomates ont déclaré que les groupes de travail, présidés par l’Union européenne et excluant les États-Unis, se sont réunis mercredi et ont suggéré qu’ils sauraient dans quelques semaines s’ils pourraient porter leurs fruits avant les élections présidentielles du 18 juin en Iran.

Des responsables américains ont déclaré qu’ils avaient été informés des réunions.

“L’équipe sur le terrain à Vienne a eu des consultations avec nos alliés européens ainsi qu’avec nos partenaires russes et chinois. Ils ont à leur tour rencontré la délégation iranienne”, a déclaré le porte-parole du département d’État américain Ned Price à Washington.

Les discussions seraient difficiles en raison du format indirect, de l’histoire de la méfiance américano-iranienne et de la complexité des problèmes, a déclaré Price.

Il a également suggéré que Washington pourrait être disposé à assouplir certaines sanctions contre l’Iran au-delà de celles dont le retrait avait été mandaté par l’accord nucléaire initial, officiellement appelé Plan d’action global conjoint (JCPOA), mais n’a donné aucun détail.

“Nous sommes prêts à prendre les mesures nécessaires pour revenir au respect du JCPOA, notamment en levant les sanctions qui sont incompatibles avec le JCPOA.

Je ne suis pas en mesure ici de vous donner un chapitre et un verset sur ce que cela pourrait être”, a-t-il déclaré .

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply