Conflit en Ukraine: Moscou pourrait intervenir pour protéger ses citoyens

Un haut responsable russe a averti que Moscou pourrait intervenir pour aider ses citoyens dans l’est de l’Ukraine alors que les tensions montent dans la région.

Les combats sporadiques se sont intensifiés dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, avec des affrontements entre les rebelles séparatistes soutenus par la Russie et les troupes ukrainiennes.

La Russie a constitué des troupes à la frontière avec l’Ukraine. Le responsable, Dmitri Kozak, a déclaré lors d’une conférence a Moscou que les forces russes pourraient intervenir pour “défendre” les rebelles. “Tout dépend de l’ampleur de la conflagration”, a-t-il dit.

Le Donbass en Ukraine a été un point critique depuis que les séparatistes se sont emparés de pans de territoire en 2014.

Des affrontements entre les rebelles et les forces ukrainiennes ont éclaté ces dernières semaines. Chaque partie accuse l’autre de violer un cessez-le-feu.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu jeudi dans la région pour voir “les lieux de l’escalade” et “être avec nos soldats dans les moments difficiles du Donbass”.

La chancelière allemande Angela Merkel a appelé la Russie à réduire sa présence militaire à la frontière avec l’Ukraine.

M. Kozak a comparé la situation actuelle des séparatistes à Srebrenica, la ville de Bosnie-Herzégovine où 8 000 hommes musulmans ont été tués par les forces serbes de Bosnie en 1995.

“Si, comme le dit notre président, il y a un Srebrenica là-bas, nous devrons probablement venir à leur défense”, a déclaré M. Kozak. M. Kodak est le chef adjoint de l’administration présidentielle russe.

Le président russe Vladimir Poutine a suggéré pour la première fois en 2019 que les résidents russophones pourraient subir un massacre semblable à celui de Srebrenica si l’Ukraine reprenait le contrôle total du Donbass sans garanties.

Aucune atrocité de ce genre n’a été signalée. M. Kozak a suggéré que les rebelles pourraient pour l’instant se défendre contre les forces ukrainiennes, car ils se composaient d ‘«unités aguerries».

Il a également averti l’Ukraine de ne pas intensifier les hostilités contre les rebelles, affirmant que ce serait le “début de la fin” pour le pays.

Dans le même temps, il a appelé au calme et à la stabilité. L’annexion par la Russie de la région ukrainienne de Crimée en 2014 et le soutien aux séparatistes du Donbass sont une plaie de longue date dans les relations entre les deux pays.

Les pays occidentaux ont condamné Moscou pour ses actions à l’époque et imposé des sanctions.

La Russie nie avoir envoyé des troupes dans la région du Donbass et y qualifie les combattants russes de “volontaires”.

La semaine dernière, les États-Unis ont mis leurs forces en Europe à un niveau d’alerte plus élevé et le président Joe Biden a réaffirmé son soutien à la “souveraineté et à l’intégrité territoriale” de l’Ukraine.

Dans le dernier signe de tension, les rebelles ont déclaré qu’un de leurs combattants avait été tué jeudi lorsque les troupes ukrainiennes ont tiré 14 obus de mortier sur un village à la périphérie de la ville de Donetsk.

L’Ukraine affirme que 25 de ses soldats ont été tués dans le conflit jusqu’à présent cette année.

La chancelière Merkel s’est entretenue au téléphone avec M. Poutine jeudi et a appelé la Russie à “désamorcer les tensions” en réduisant ses renforts de troupes.

Dans le même appel, M. Poutine a accusé l’Ukraine d’enflammer la situation à l’est.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply