Bangladesh- Quatre morts après que la police a ouvert le feu sur des manifestants

La violence a entaché la visite du Premier ministre indien au Bangladesh, alors que le pays célébrait le 50e anniversaire de son indépendance.

Narendra Modi est sur une visite de deux jours dans le pays pour le point culminant des célébrations du jubilé d’or de 10 jours, en présence de cinq chefs d’État, avec de nombreux autres dirigeants internationaux présents virtuellement.

Les festivités coïncident également avec le centenaire de la naissance du père de la nation Sheikh Mujibur Rahman. M. Modi a été reçu à l’aéroport par le Premier ministre Sheikh Hasina, la fille de Sheikh Mujibur Rahman.

Mais au moins quatre personnes ont été tuées après que la police ait tiré sur des manifestants protestant contre la visite du Premier ministre indien.

Des responsables ont déclaré avoir ouvert le feu après que des manifestants aient attaqué un poste de police à Chittagong.

Des dizaines de personnes ont également été blessées jeudi à Dhaka, la capitale, où la police a utilisé des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes lors d’affrontements avec la foule, ont indiqué des témoins.

Les manifestants critiquaient le gouvernement pour avoir invité le chef nationaliste hindou, le blâmant pour avoir attisé les tensions religieuses et incité à la violence anti-musulmane.

Un responsable de la police, Syed Nurul, a déclaré à l’AFP: “Nous avons tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour les disperser. Il y avait 200 manifestants. Nous avons arrêté 33 personnes pour violence”.

Il s’agit de la première visite à l’étranger du Premier ministre indien depuis la pandémie.

Le parti de droite Bharatiya Janata (BJP) auquel appartient M. Modi a décrit dans le passé les Bangladeshis comme des infiltrés. Lors d’une campagne électorale, Amit Shah, le plus proche assistant du Premier ministre, a qualifié les migrants illégaux “d’infiltrés qui ont dévoré le pays comme des termites”.

La référence n’a pas été bien accueillie, même si les dirigeants bangladais ont fait preuve d’une retenue remarquable en répondant aux accusations. Il a fallu beaucoup d’efforts et de temps pour rétablir les bonnes relations entre les deux pays.

Le gouvernement de M. Modi a également mis en œuvre la loi sur le registre national des citoyens dans l’État d’Assam, qui borde le Bangladesh.

La loi documente tous les immigrants illégaux, ciblant de nombreux membres de la communauté minoritaire qui finiraient par être expulsés.

Dans une tentative d’apaiser ses détracteurs, M. Modi a déclaré s’identifier à la bataille pour l’autodétermination au Bangladesh dans un discours prononcé vendredi. Il a déclaré: “La lutte pour la liberté du Bangladesh a également été un moment important de mon voyage … Mes collègues et moi avions fait un satyagraha (résistance politique passive) en Inde … J’avais au début de la vingtaine. J’en ai même eu l’opportunité d’aller en prison pendant ce satyagraha pour la lutte du Bangladesh et pour la liberté. “

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply