Les prix du pétrole atteignent de nouveaux sommets

Le pétrole se négocie à son plus haut niveau depuis plus d’un an alors que le temps glacial dans l’ouest du Texas et le bassin permien fait monter la demande et limite la production, mais le marché mondial ne devrait pas connaître une augmentation durable avant le deuxième semestre de l’année.

Les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate, l’indice de référence du pétrole américain, ont augmenté de 1,9% pour se négocier à 60,61 $ le baril lundi – son plus haut niveau en plus d’un an.

Le Brent, la référence internationale, a augmenté de 1,3% lundi à 63,25 $ le baril. Ces gains sur le marché américain surviennent dans le climat le plus froid que le bassin permien ait connu depuis des décennies.

Le climat a entraîné une demande de carburant et d’électricité suralimentée dans la région, mais a également forcé des ralentissements de la production. Les commerçants et les dirigeants de l’industrie estiment que la production dans la région a diminué de près d’un million de barils par jour, a rapporté Bloomberg, mais ces contraintes d’approvisionnement devraient être temporaires.

CONTEXTE CLÉ

Le marché dans son ensemble envisage le déploiement de vaccins à travers le monde et la reprise économique promise par de nouvelles séries de mesures de relance budgétaire, qui devraient toutes deux aider la demande de carburant et les voyages mondiaux à rebondir à des niveaux d’avant la pandémie.

Cet optimisme a été tempéré à court terme par des variantes plus contagieuses du virus qui circulent dans le monde.

Le rééquilibrage du marché pétrolier reste fragile au début de 2021 car les mesures visant à contenir la propagation du Covid-19, avec ses variantes les plus contagieuses, pèsent lourdement sur la reprise à court terme de la demande mondiale de pétrole», l’Agence internationale de l’énergie écrit dans son rapport sur le marché pétrolier de février. L’IAE s’attend à ce que la reprise de la demande de pétrole reprenne au second semestre 2021.

Après une guerre des prix totale entre l’Arabie saoudite et la Russie, qui a contribué à réduire les prix du pétrole l’année dernière, les membres de L’OPEP + ont accepté cette année de réduire la production pour limiter l’offre et aider le marché à se redresser. “Ils sont susceptibles d’arrêter cela, maintenant que les prix sont supérieurs à 60 dollars le baril”, a déclaré lundi Carole Nakhle, directrice générale de Crystol Energy, au Wall Street Journal.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply