Le NYSE Supprimera trois géants de la télécoms chinois, annulant une fois de plus sa décision

La Bourse de New York va radier trois géants chinois des télécommunications après tout, affirmant que son deuxième renversement en deux jours est intervenu après de nouvelles directives du département du Trésor.

Le NYSE a annoncé jeudi qu’il retirerait les actions cotées aux États-Unis de China Telecom, China Mobile et China Unicom du Big Board pour se conformer à un décret signé par le président Donald Trump.

L’ordonnance visait à interdire aux entreprises et aux particuliers américains d’investir dans des entreprises que l’administration prétendait aider l’armée chinoise.

Le NYSE annulé cette décision lundi, causant beaucoup de confusion. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a déclaré à l’échange qu’il n’était pas d’accord avec le renversement, a déclaré un haut responsable de l’administration à Eamon Javers de CNBC.

Le NYSE a déclaré que le dernier renversement était dû à de nouvelles directives du Bureau du contrôle des actifs étrangers du Trésor selon lesquelles les personnes aux États-Unis ne pourraient pas s’engager dans certaines transactions avec les trois sociétés à partir de lundi prochain. La négociation des trois titres sera suspendue à 16 heures.

Lundi, a indiqué l’échange. Les actions de China Telecom ont reculé de 1,7% en début de séance mercredi, tandis que China Mobile a reculé d’environ 1% et China Unicom a gagné environ 0,8%.

Les responsables chinois ont critiqué la décision initiale du NYSE, un porte-parole de la China Securities Regulatory Commission déclarant lundi que le décret «ignorait entièrement la situation réelle des entreprises concernées et les droits légitimes des investisseurs mondiaux, et avait gravement endommagé la règle et l’ordre du marché.

” Trump a publié l’ordonnance en novembre dans le cadre d’une série de mesures contre des entreprises chinoises.

En août, le président a lancé une lutte juridique pour le site TikTok avec une ordonnance similaire visant sa société mère, ByteDance, basée en Chine, et Tencent.

Plusieurs entreprises américaines, dont Oracle et Walmart, ont engagé des discussions pour prendre des participations partielles dans l’application de partage de vidéos.

Trump a signé un projet de loi en décembre qui forcerait la radiation des actions chinoises qui ne respectaient pas les normes d’audit américaines, et l’administration a ordonné au Federal Retirement Thrift Investment Board d’éviter d’investir dans des entreprises chinoises en mai.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply