L’accord commercial de Boris Johnson avec l’UE autorisé par le Parlement

L’accord commercial de Boris Johnson a été approuvé par le Parlement britannique moins de 24 heures avant la scission finale du pays dans l’Union européenne.

La Chambre des Lords a donné son feu vert à l’accord mercredi soir, juste un jour avant que le Royaume-Uni ne quitte le marché unique de l’UE lorsque la période de transition expire à 23 heures. Jeudi.

Johnson a remercié les membres du Parlement d’avoir soutenu la législation «historique», qui transforme l’accord qu’il a signé avec l’UE en droit britannique.

«Le destin de ce grand pays réside désormais fermement entre nos mains», a déclaré Johnson dans un communiqué envoyé par courrier électronique après l’approbation de l’accord.

«Nous assumons ce devoir avec un objectif et avec les intérêts du public britannique au cœur de tout ce que nous faisons.»

La précipitation pour obtenir l’accord au Parlement en une seule journée met fin à une saga de quatre ans qui a saisi la politique britannique et divisé le pays.

Depuis le vote référendaire de juin 2016, la tourmente entourant le Brexit a contraint deux Premiers ministres à démissionner, a perturbé les marchés et vu la relation du Royaume-Uni avec son plus grand partenaire commercial radicalement redéfinie.

Pour Johnson, c’est une réalisation personnelle ainsi qu’une étape politique. Il était le visage de la campagne pro-Brexit en 2016 et avait le plus à perdre politiquement de l’incapacité à divorcer dans les règles.

Il y a encore des risques pour Johnson – et pour la Grande-Bretagne – dans les mois et les années à venir, avec de nouvelles règles commerciales et des contrôles des marchandises franchissant la frontière susceptibles de rendre les perturbations inévitables.

La question de savoir à quel point le Royaume-Uni devrait être proche ou éloigné du marché de l’UE est en passe de devenir une caractéristique permanente du débat politique britannique.

À court terme, cependant, l’accord donne à Johnson une victoire nationale à un moment difficile.

Son gouvernement se bat contre un coronavirus résurgent qui a déjà infligé la récession la plus profonde depuis plus de 300 ans et menace maintenant de submerger le service de santé.

En vertu de l’accord, il y aura un commerce de marchandises à tarif nul et sans contingent entre la Grande-Bretagne et l’UE – mais des dispositions très limitées pour les entreprises de services, qui représentent 80% de l’économie britannique.

L’accord – conclu la veille de Noël – a été signé mercredi par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel, avant d’être transporté par avion à Londres pour être signé par Johnson.

Alors que le temps presse jusqu’à la sortie du Royaume-Uni du marché unique et de l’union douanière, le Premier ministre sera dans sa résidence de Downing Street avec sa famille, selon un communiqué d’un porte-parole du gouvernement.

Le moment marquera «un nouveau départ dans l’histoire de notre pays et une nouvelle relation avec l’UE, leur plus grand allié», a déclaré Johnson.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply