Boris Johnson L’accord sur le Brexit est enfin conclu

La Grande-Bretagne et l’Union européenne ont conclu aujourd’hui un accord sur le Brexit qui définira leur relation pour les décennies à venir.

L’annonce de l’accord intervient exactement quatre ans et demi après le résultat du référendum européen du 24 juin 2016 et sept jours seulement avant la fin de la période de transition.

L’accord compte plus d’un millier de pages, y compris des centaines d’annexes, et couvre les futurs arrangements en matière de commerce, de sécurité et de pêche ainsi que la future coopération scientifique et l’alignement réglementaire.

L’accord signifie que les entreprises britanniques continueront d’avoir des actrices sans tarif ni quota sur les marchés européens au-delà de la fin de l’année.

Cependant, les ministres mettent toujours en garde contre des retards supplémentaires dans les ports transmanche en raison des nouvelles procédures douanières en plus de la perturbation actuelle de Covid.

“Tout ce que le public britannique a été promis lors du référendum de 2016 et lors des élections générales de l’année dernière est livré par cet accord”, a déclaré un Downing Street

«L’accord est une excellente nouvelle pour les familles et les entreprises de toutes les régions du Royaume-Uni.»

Le Parlement devrait maintenant être rappelé immédiatement après Noël pour ratifier l’accord en droit britannique avant le 31 décembre.

La nature de dernière minute des négociations signifie que le Parlement européen ne pourra pas voter sur l’accord avant le 31 décembre et qu’il devra être appliqué à titre provisoire après accord des États membres de l’UE.

Dans une rangée qui pourrait éclater au début de l’année prochaine, les députés européens, les parlements nationaux et les assemblées régionales comme les Wallons de Belgique vont protester contre le manque de contrôle.

Avant même que l’accord ne soit annoncé, la livre sterling a fortement augmenté à 1,35 £ par rapport au dollar, alors que l’espoir d’une conclusion positive grandissait, onze mois après le début des négociations.

La pêche était le dernier élément de l’accord à être conclu à la suite d’une nouvelle offre présentée par Boris Johnson à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, mardi soir.

Il faisait suite à la dernière activité diplomatique effrénée, y compris des contacts «constants» entre Bruxelles, Paris, Berlin, Dublin et d’autres capitales européennes au cours des 72 dernières heures, qui ont toutes dû donner leur bénédiction à l’accord.

Une source de l’UE a déclaré que les deux parties avaient été déterminées «à faire passer l’accord avant Noël» et à empêcher des différences relativement mineures aboutissant au scénario «NNO» ou «aucun accord négocié».

Malgré les réserves de la France, Mme Von der Leyen, ancienne ministre allemande de la défense, a pris les rênes de Michel Barnier, le négociateur en chef de l’UE pour négocier un accord.

Le compromis délicatement équilibré sur la pêche, la non-régression par rapport aux normes communes existantes et l’absence de rôle de la Cour européenne de justice seront présentés comme une victoire des deux côtés.

Hier soir, les responsables français ont informé que l’accord faisait suite à une victoire majeure sur des quotas de pêche d’une valeur d’environ 60 millions de livres sterling par an, tandis que des sources britanniques ont souligné que des exportations d’une valeur de 294 milliards de livres sterling par an seraient sauvegardées sans perte de souveraineté.

Une source de Downing Street a déclaré que M. Johnson avait «mis à rude épreuve tous les nerfs», mais il y avait une incertitude quant à savoir si cela pouvait être fait aujourd’hui jusqu’à quelques heures seulement avant l’annonce officielle.

Alors que les négociateurs se sont rapprochés de l’accord dans l’après-midi, la France avait averti qu’il ne serait pas renvoyé dans un accord par la pression du temps écoulé.

«Nous ne devons pas nous mettre nous-mêmes, Européens, sous la pression du temps pour finir à cette heure ou ce jour-là», a déclaré Clément Beaune, le ministre français du Brexit. «Sinon, nous nous mettrions en situation de faire de mauvaises concessions.»

Un briefing officiel français à Bruxelles a déclaré à Reuters que la Grande-Bretagne avait fait d’énormes concessions pour obtenir l’accord sur les droits de pêche de l’UE dans les eaux britanniques d’une valeur de 587 millions de livres sterling à la flotte de pêche européenne, dont une part de 155 millions de livres sterling à France.

“Les Britanniques ont fait d’énormes concessions dans les négociations au cours des 48 dernières heures”, a déclaré la source. Concernant la pêche en particulier, ils ont déclaré que la position britannique finale était «loin» de la transition de trois ans et de la réduction de 80 pour cent des quotas exigés par Londres au début des négociations.

Des sources britanniques ont souligné que l’accord donnerait au Royaume-Uni le contrôle total de ses eaux après une transition, dite de six ou sept ans, tous les quotas étant alors soumis à des négociations annuelles et à de nouvelles réductions.

Une source a déclaré que l’UE avait abandonné sa demande initiale de maintenir intacts les quotas de pêche à perpétuité sans que la Grande-Bretagne ne retrouve sa souveraineté sur les eaux côtières, y compris la zone territoriale de six à 12 milles marins.

Le nouveau traité créera un mécanisme d’exécution et d’arbitrage contraignant pour faire appliquer les règles de concurrence loyale sur le contrôle des subventions, les normes sociales et environnementales appelées «règles du jeu équitables».

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply