Les Rohingyas déplacés sur une île isolée contre leur volonté, selon des groupes de défense des droits

Les autorités bangladaises ont commencé à reloger des milliers de réfugiés rohingyas vers une île éloignée malgré les préoccupations concernant la sécurité et le consentement.

Environ 1 600 réfugiés étaient transportés vendredi vers Bhasan Char, une île sujette aux inondations dans le golfe du Bengale, a rapporté Reuters.

Le Bangladesh dit que tous ceux qui ont été déplacés ont donné leur consentement.

Mais les réfugiés rohingyas au Bangladesh ont déclaré à la BBC en octobre qu’ils ne voulaient pas être transférés sur l’île.

Les groupes de défense des droits ont fait part de leur inquiétude quant au fait que de nombreux voyageurs se rendant sur l’île vendredi étaient déplacés contre leur volonté.

Human Rights Watch a déclaré avoir interrogé 12 familles dont les noms figuraient sur les listes de transport mais qui ne s’étaient pas portées volontaires pour y aller.

L’Organisation des Nations Unies a déclaré qu’elle avait reçu “des informations limitées” sur les délocalisations et n’était pas impliquée.

Le ministre des Affaires étrangères du Bangladesh, Abdul Momen, a déclaré jeudi soir que le gouvernement “n’emmenait personne de force à Bhasan Char. Nous maintenons cette position”.

Les Rohingyas ont fui le Myanmar après une répression militaire qui a commencé il y a trois ans au cours de laquelle les enquêteurs de l’ONU affirment que jusqu’à 10 000 personnes ont été tuées et plus de 730 000 déplacées de force.

Des centaines de milliers de personnes ont depuis vécu à Cox’s Bazar, un vaste camp de réfugiés au Bangladesh voisin.

Rashida Khatun, 55 ans, a déclaré à la BBC en octobre que ses enfants faisaient partie des 300 premiers réfugiés envoyés à Bhasan Char contre leur volonté plus tôt cette année après avoir passé plusieurs mois en mer à tenter de fuir le Bangladesh.

Lorsque les journalistes ont visité l’île en octobre, ils se sont vu refuser l’accès aux réfugiés qui y vivaient déjà. Jeudi, un homme de 31 ans a déclaré à Reuters en larmes par téléphone alors qu’il montait à bord d’un bus depuis Cox’s Bazar: “Ils nous ont emmenés ici de force.

Il y a trois jours, quand j’ai appris que ma famille était sur la liste, je me suis enfui. du bloc, mais hier j’ai été attrapé et emmené ici. ” Mohammad Shamsud Douza, le fonctionnaire adjoint du gouvernement du Bangladesh chargé des réfugiés, a déclaré que la réinstallation était volontaire. “Ils y vont avec bonheur.

Personne n’est forcé. Le gouvernement a pris toutes les mesures pour faire face aux catastrophes, y compris leur confort de vie et leur gagne-pain”, a-t-il déclaré.

Les autorités bangladaises construisent sur l’île depuis trois ans, pour un coût de 350 millions de dollars (270 millions de livres sterling). Leur objectif est de déplacer plus de 100 000 réfugiés afin d’apaiser les tensions au sein des camps au Bangladesh.

Plus tôt cette année, Amnesty International a publié un rapport accablant sur les conditions auxquelles sont confrontés les 306 Rohingyas vivant déjà sur l’île.

Le rapport contenait des allégations de conditions de vie exiguës et insalubres, de nourriture et d’installations de santé limitées, d’un manque de téléphones pour que les réfugiés puissent contacter leur famille, ainsi que de cas de harcèlement sexuel de la part de la marine et des travailleurs locaux se livrant à l’extorsion .

Le commodore Abdullah al Mamum Chowdhury, un porte-parole de la marine, a nié les accusations. “Nous prenons soin d’eux en tant qu’invités”, a-t-il déclaré. “Ils reçoivent une nourriture adéquate et ont accès à toutes les installations.”

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply