L’ONU met en garde- Le Compte à rebours avant la catastrophe au Yémen

UN- Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants dans le Yémen ravagé par la guerre sont confrontés à la famine – encore une fois, ont averti mercredi de hauts responsables des Nations Unies alors qu’ils appelaient à plus d’argent pour l’empêcher – à nouveau.

«Nous sommes sur un compte à rebours pour une catastrophe», a déclaré le chef de l’alimentation des Nations Unies, David Beasley, au Conseil de sécurité des Nations Unies. «Nous sommes déjà venus ici … Nous avons fait presque le même spectacle de chiens et de poneys. Nous avons alors sonné l’alarme.

L’Organisation des Nations Unies décrit le Yémen comme la plus grande crise humanitaire au monde, 80% de la population ayant besoin d’aide.

«Si nous choisissons de détourner le regard, il ne fait aucun doute dans mon esprit que le Yémen sera plongé dans une famine dévastatrice dans quelques mois», a déclaré Beasley aux 15 membres du conseil.

Une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue au Yémen en 2015, soutenant les forces gouvernementales combattant le groupe Houthi allié à l’Iran.

Les responsables de l’ONU tentent de relancer les pourparlers de paix pour mettre fin à la guerre alors que les souffrances du pays sont également aggravées par un effondrement économique et monétaire et la pandémie COVID-19.

À la fin de 2017, le chef de l’aide humanitaire de l’ONU, Mark Lowcock, a averti que le Yémen était alors confronté à «la plus grande famine que le monde ait connue depuis de nombreuses décennies avec des millions de victimes».

«Nous avons évité la famine il y a deux ans», a déclaré mercredi Lowcock au Conseil de sécurité. «Plus d’argent pour l’opération d’aide est le moyen le plus rapide et le plus efficace de soutenir les efforts de prévention de la famine à l’heure actuelle.»

Il a déclaré que l’organisme mondial avait reçu moins de la moitié de ce dont il avait besoin – environ 1,5 milliard de dollars – cette année pour ses opérations humanitaires au Yémen. L’année dernière, il a reçu 3 milliards de dollars

«Quand je pense à ce que signifierait la famine, je suis vraiment incapable de comprendre pourquoi on ne fait pas plus pour la prévenir», a déclaré Lowcock. «C’est une mort terrible, angoissante et humiliante … Les Yéménites n’ont pas« faim ». Ils sont affamés.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply