Les vaccins de Pfizer et BioNTech marquent le début de la fin de la pandémie

Son efficacité à 90% est aussi bonne que possible et augure bien pour d’autres vaccins. Mais les amener rapidement aux bonnes personnes sera difficile

Pendant cette année dévastée par les coronavirus, à travers de nombreux jours difficiles d’isolement et de peur, le monde a espéré des temps meilleurs. Il a espéré de meilleurs traitements pour le covid-19, des tests plus rapides et une meilleure compréhension de la façon dont le SRAS-CoV-2 fait des ravages sur le corps humain.

Beaucoup de ces choses sont arrivées. Mais un espoir en particulier a été le plus important: qu’un vaccin puisse être trouvé. Son accomplissement semble être en vue. Le 9 novembre, Pfizer et BioNTech, deux sociétés pharmaceutiques, ont annoncé que le vaccin sur lequel elles ont collaboré est efficace à plus de 90% dans la prévention des cas symptomatiques de covid-19. C’est un résultat étonnant pour un vaccin de première génération. Beaucoup n’avaient pas osé espérer une efficacité de plus de 70%.

La nouvelle a fait bondir les actions de Pfizer de 15% et celles de BioNTech, beaucoup plus petites, de 24% lorsque le marché boursier américain a ouvert.

La croyance plus large qu’un vaccin pourrait ramener la vie à la normale a poussé le S&P 500 à une hausse de 3,6%, sur la bonne voie pour un record. Les actions des compagnies aériennes et des banques ont grimpé; ceux de Cineworld, chaîne de cinéma, ont bondi de plus de 50%.

Les principaux marchés européens avaient déjà augmenté de 5% à 8%. Richard Hatchett, le chef du CEPI, une fondation qui finance la recherche sur les vaccins contre les pandémies, a déclaré que les résultats étaient «extrêmement positifs et encourageants». Il a ajouté qu’ils augmentent la probabilité que bon nombre des autres vaccins recherchés réussissent également. C’est important, car un seul vaccin covid ne suffira pas, notamment parce que le vaccin Pfizer-BioNTech, marqué BNT162b2, doit être maintenu à un froid extrême et sa distribution mondiale sera difficile. Cela nécessite également deux jabs, à trois semaines d’intervalle.

De nombreux gouvernements espèrent un vaccin qui puisse être conservé à quelque chose de plus proche de la température ambiante et qui ne nécessite qu’une seule dose.

Le vaccin Pfizer-BioNTech repose sur une technologie appelée ARN messager ou ARNm. Le jab injecte du matériel génétique du virus dans le corps, qui utilise ce matériel pour créer une protéine normalement vue à la surface des particules du virus covid, qui à son tour stimule le système immunitaire. Il est testé sur un groupe ethniquement diversifié de 43 000 personnes, et le procès n’est pas encore terminé.

Les résultats annoncés jusqu’à présent sont basés sur une analyse intermédiaire menée par un groupe indépendant de surveillance des données. Les entreprises prévoient de soumettre leurs données pour examen dans une publication scientifique. Il est possible que l’estimation de l’efficacité change au fur et à mesure de la collecte de données supplémentaires. Cela dit, les résultats sont suffisamment remarquables pour qu’il soit peu probable que le résultat final soit autre chose qu’un vaccin extrêmement utile.

Trois questions importantes sur le vaccin demeurent. L’un est la mesure dans laquelle il fonctionne chez les personnes âgées, l’un des groupes les plus vulnérables à la covid-19, et qui peuvent ne pas réagir aussi bien.

Un autre est de savoir s’il prévient l’infectiosité (il reste possible qu’un vaccin puisse empêcher quelqu’un d’attraper les symptômes de la covid-19, mais pas de le transmettre à d’autres). Et son efficacité à long terme est totalement inconnue. Même ainsi, il ne fait guère de doute que les résultats sont extrêmement positifs.

De plus, Pfizer affirme qu’aucun problème de sécurité sérieux n’est survenu dans les essais en cours, bien que d’autres données d’efficacité soient collectées.

Des informations sur deux autres vaccins, d’AstraZeneca, une autre grande société pharmaceutique, avec une équipe à l’Université d’Oxford, et de Moderna, une société américaine de biotechnologie, sont également attendues dans les semaines à venir.

Le vaccin AstraZeneca-Oxford est déjà connu pour stimuler une bonne réponse immunitaire chez les personnes âgées. Même si le vaccin de Pfizer ne fonctionne pas aussi bien dans ce groupe, il y a donc de fortes chances qu’un autre fasse ce travail.

Bref, l’arrivée de vaccins pour apprivoiser la pandémie est désormais à portée de main. Mais cela prendra du temps. La prochaine étape consistera pour Pfizer à demander une autorisation d’urgence pour le vaccin en Amérique et en Europe.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en place un processus pour permettre l’utilisation de ces autorisations dans les pays sans agences de réglementation. L’application pour BNT162b2 devra attendre la troisième semaine de novembre.

Pfizer ne s’appliquera pas tant qu’il n’aura pas recueilli deux mois de données de sécurité auprès des participants à l’essai. Les agences pourraient autoriser son utilisation dans les groupes à haut risque (par exemple, les médecins hospitaliers et les infirmières) d’ici la fin de l’année, en attendant de nouvelles données de sécurité; une approbation plus large pourrait intervenir au premier trimestre de 2021.

Les approvisionnements en vaccins seront également limités dans un premier temps, même si la fabrication de masse de BNT162b2 est en cours depuis octobre. Les projections actuelles suggèrent que 50 millions de doses de vaccin seront disponibles en 2020 et 1,3 milliard en 2021.

Il y a également de formidables défis de distribution à venir. Le monde n’a jamais entrepris de vaccination à une si grande échelle.

L’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance, sera l’un des organismes qui dirigera la distribution mondiale des vaccins contre le covid-19. Il dit que chaque année, il achète des seringues de 600 à 800 m pour les vaccinations de routine des enfants et que les demandes de covid sont susceptibles de tripler ou de quadrupler ce nombre.

L’UNICEF et l’OMS cartographient la disponibilité mondiale de la capacité de stockage de la chaîne du froid afin d’aider les pays à recevoir des vaccins. À plus long terme, une efficacité vaccinale de 90% permettra de générer une immunité collective.

Si suffisamment de personnes prennent un vaccin aussi efficace, alors ceux qui ne le font pas ou ne le peuvent pas seront également protégés. À court terme, cependant, la priorité est que le monde fasse un bon travail en ciblant les vaccins là où ils sont le plus nécessaires.

Cela aidera à contrôler la pandémie et à assurer une reprise plus rapide de l’économie mondiale. Les voyages et le commerce peuvent également revenir à quelque chose qui s’approche de la normale.

Il y a une autre ride dans une efficacité de 90%: c’est aussi proche de la protection complète que la vaccinologie peut en tirer. Il devient un outil essentiel pour les médecins, les infirmières et les travailleurs sociaux, leur permettant de faire leur travail avec moins de crainte.

Les gens dans de nombreuses autres professions ressentiront la même chose, mais ils devront être patients et attendre leur tour. Et il y a une autre raison de célébrer.

L’approche ARNm que Pfizer et BioNTech utilisent n’a jamais été démontrée pour fonctionner chez l’homme auparavant. Les données recueillies à partir des essais à grande échelle de cette technologie de «plate-forme» signifient que les entreprises peuvent rapidement et facilement apporter des révisions mineures à la séquence d’ARNm, modifiant ainsi les protéines auxquelles le corps développe une immunité.

Cela signifie que si de nouvelles souches de covid-19 émergent, des révisions appropriées du vaccin pourraient être créées rapidement pour le contenir. Il faudra probablement plusieurs mois après toute approbation réglementaire pour que les vaccins aient un impact sur le cours de la pandémie. Mais cela marque le début de la fin.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply