Le Dow perd 800 points,les investisseurs craignent que l’augmentation des cas de coronavirus ne freine la reprise économique

Les actions américaines ont fortement chuté mercredi, à la suite de leurs homologues européens, alors que les investisseurs craignaient que la dernière augmentation des infections à coronavirus puisse stopper la reprise économique mondiale.

Le Dow Jones Industrial Average a perdu 823 points, soit 3%. Le S&P 500 a chuté de 2,9% et le Nasdaq Composite s’est échangé de 3% en baisse.

En Europe, l’indice allemand Dax a chuté de 4,4% à son plus bas niveau depuis fin mai et le CAC 40 français a glissé de 4%. Le FTSE 100 à Londres a chuté de 3,2%. Cette reprise a conduit certains pays à rétablir certaines mesures de distanciation sociale.

La chancelière allemande Angela Merkel a appelé mercredi à un verrouillage limité. Pendant ce temps, Reuters a rapporté, citant des sources, que la France était sur le point d’émettre un ordre de rester à la maison. Aux États-Unis, l’État de l’Illinois a ordonné à Chicago de fermer les restaurants à l’intérieur.

Les cas de coronavirus aux États-Unis ont augmenté d’une moyenne quotidienne record de 71832 au cours de la semaine dernière, selon les données compilées par l’Université Johns Hopkins.

Pendant ce temps, les hospitalisations liées aux coronavirus ont augmenté de 5% ou plus dans trois douzaines d’États, selon les données du Covid Tracking Project.

“Je pense qu’il va y avoir un appel pour des verrouillages comme celui que nous avons vu à Chicago”, a déclaré mercredi Jim Cramer de CNBC.

“Les verrouillages sans le stimulus équivalent à ce que nous voyons.” «C’est dommage car, s’il y avait eu des mesures de relance, nous nous concentrerions alors sur les bénéfices et les bénéfices sont en fait très bons», a-t-il déclaré.

Les actions les plus touchées par les verrouillages ou le ralentissement de la réouverture de l’économie ont été touchées. Les actions de Delta Air Lines ont chuté de 6,2%. Les actions de Royal Caribbean ont perdu 5,8%.

Les actions de Facebook, Alphabet et Twitter ont également fortement baissé, comme l’ont témoigné leurs PDG respectifs devant des membres du Sénat. Facebook et Twitter ont perdu respectivement 4% et 3,7% et Alphabet a glissé de près de 5%. Les investisseurs se sont tournés vers les obligations dans leur quête de sécurité.

Le rendement des bons du Trésor à 10 ans est tombé à 0,75%. L’indice de volatilité Cboe (VIX), connu à Wall Street comme la «jauge de peur» du marché, a bondi au-dessus de 40 et a atteint son plus haut niveau depuis le 15 juin.

«L’incertitude concernant les restrictions de mobilité liées au COVID-19 et la politique américaine signifie que nous devrions nous attendre à ce que la volatilité reste élevée pour le reste de l’année», a déclaré Mark Haefele, directeur des investissements pour la gestion de fortune mondiale chez UBS, dans une note. “Cependant, nous continuons à voir des améliorations à moyen terme.”

«Avec dix candidats vaccins en phase finale d’essais dans le monde, notre scénario central est que les restrictions peuvent commencer à être levées d’ici le 2T21, aidant ainsi les bénéfices des entreprises à retrouver des niveaux pré-pandémiques vers la fin de 2021», a-t-il déclaré.

AlgérieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply