Israël et le Soudan concluent un accord négocié par les États-Unis pour normaliser leurs relations

WASHINGTON (Reuters) – Israël et le Soudan sont convenus vendredi de prendre des mesures pour normaliser leurs relations dans le cadre d’un accord négocié avec l’aide des États-Unis, faisant de Khartoum le troisième gouvernement arabe à mettre de côté les hostilités avec Israël au cours des deux derniers mois.

Le président américain Donald Trump, candidat à sa réélection le 3 novembre, a scellé l’accord lors d’un appel téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok et le chef du Conseil de transition Abdel Fattah al-Burhan, ont déclaré de hauts responsables américains.

La décision de Trump cette semaine de retirer le Soudan de la liste américaine des États sponsors du terrorisme a ouvert la voie à l’accord avec Israël, marquant une réalisation de politique étrangère pour le président républicain alors qu’il cherche un deuxième mandat derrière les sondages d’opinion derrière son rival démocrate Joe Biden.

«Les dirigeants ont accepté de normaliser les relations entre le Soudan et Israël et de mettre fin à l’état de belligérance entre leurs nations», selon un communiqué conjoint publié par les trois pays.

Israël et le Soudan prévoient de commencer par ouvrir des relations économiques et commerciales, avec un accent initial sur l’agriculture, selon le communiqué conjoint. Un haut responsable américain, s’expriment sous l’anonymat, a déclaré que des problèmes tels que l’établissement formel de relations diplomatiques seraient résolus plus tard.

Trump a vanté l’accord aux journalistes du bureau ovale avec les dirigeants israéliens et soudanais en ligne lors d’un appel téléphonique à trois, affirmant qu’au moins cinq autres pays voulaient emboîter le pas et normaliser les relations avec Israël.

“Pensez-vous que” Sleepy Joe “aurait pu conclure cet accord?”

Trump a demandé à Netanyahu, en utilisant le surnom péjoratif du président pour Biden un jour après leur dernier débat rancunier sur la campagne présidentielle de 2020.

selon reuters Les collaborateurs de Trump considèrent sa politique pro-israélienne comme un attrait pour les électeurs évangéliques chrétiens, qui sont parmi ses plus grands partisans.

Trump a insisté sur le fait que les Palestiniens «voulaient faire quelque chose», mais n’a offert aucune preuve. Les dirigeants palestiniens ont condamné la récente sensibilisation diplomatique arabe à Israël comme une trahison de leur cause nationaliste et ont refusé de s’engager avec l’administration Trump, la considérant comme fortement biaisée en faveur d’Israël.

Un haut responsable de l’Organisation de libération de la Palestine a décrit la décision du Soudan de prendre des mesures pour normaliser les relations avec Israël comme un «nouveau coup de poignard dans le dos» pour les Palestiniens.

RETIRER LE SOUDAN DE LA LISTE DU TERRORISME

Selon reuters Trump a annoncé lundi qu’il retirerait le Soudan de la liste du terrorisme une fois qu’il aurait déposé 335 millions de dollars qu’il s’était engagé à payer en compensation. Khartoum a depuis placé les fonds sur un compte séquestre spécial pour les victimes des attaques d’al-Qaïda contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998.

Peu de temps avant l’annonce de l’accord Israël-Soudan, Trump a notifié au Congrès «son intention d’annuler formellement la désignation du Soudan en tant que parrain d’État du terrorisme»

La Maison Blanche a qualifié cette décision de «tournant décisif» pour Khartoum, qui cherche à sortir de décennies d’isolement.

Les collaborateurs de Trump ont pressé le Soudan de prendre des mesures pour normaliser ses relations avec Israël, à la suite de mesures similaires négociées par les États-Unis ces dernières semaines par les Émirats arabes unis et Bahreïn.

Peu de temps avant l’annonce de l’accord Israël-Soudan, Trump a notifié au Congrès «son intention d’annuler formellement la désignation du Soudan en tant que parrain d’État du terrorisme». La Maison Blanche a qualifié cette décision de «tournant décisif» pour Khartoum, qui cherche à sortir de décennies d’isolement.

Selon Reuters les collaborateurs de Trump ont pressé le Soudan de prendre des mesures pour normaliser ses relations avec Israël, à la suite de mesures similaires négociées par les États-Unis ces dernières semaines par les Émirats arabes unis et Bahreïn.

Selon Reuters L’insistance du Soudan à ce que toute annonce de radiation de Khartoum de la désignation de terrorisme ne soit pas explicitement liée à l’établissement de relations avec Israël a été un point de friction dans les négociations.

Le Premier ministre soudanais veut l’approbation d’un parlement qui n’a pas encore été formé pour procéder à une normalisation plus large, et cela peut ne pas être un progrès rapide étant donné les sensibilités et les différences civilo-militaires.

L’accord a été négocié du côté américain par le gendre et conseiller principal de Trump Jared Kushner, l’envoyé au Moyen-Orient Avi Berkowitz, le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien, le secrétaire d’État Mike Pompeo et l’assistant à la sécurité nationale Miguel Correa.

Kushner a appelé la normalisation traite le début d’un «changement de paradigme» au Moyen-Orient. Il a déclaré que la décision du Soudan était symboliquement significative parce que c’était à Khartoum en 1967 que la Ligue arabe avait décidé de ne pas reconnaître le droit d’Israël à exister.

La désignation du Soudan comme État commanditaire du terrorisme remonte à son dirigeant renversé Omar el-Béchir et a rendu difficile pour son gouvernement de transition l’accès à l’allégement de la dette et au financement étranger dont il avait un besoin urgent.

Beaucoup au Soudan disent que la désignation, imposée en 1993 parce que Washington croyait que Bashir soutenait des groupes militants, est devenue obsolète depuis qu’il a été destitué l’année dernière.

Une législation du Congrès américain est nécessaire pour protéger Khartoum des futures réclamations juridiques sur les attaques passées afin d’assurer le flux des paiements aux victimes des attentats à la bombe de l’ambassade et à leurs familles.

 

AlgerieMonde.Live

 

 

 

 

Leave a Reply

Pin It on Pinterest