Israël et les Émirats arabes unis en négociations sur un oléoduc secret

Israël et les Émirats arabes unis ont ouvert des pourparlers sur un oléoduc reliant la mer Rouge à la Méditerranée, dont les opérations que les responsables israéliens considèrent comme top secrètes.

Europe Asia Pipeline Co., contrôlée par le gouvernement israélien, et MED-RED Land Bridge Ltd., basée aux Émirats arabes unis, ont signé un protocole d’accord pour collaborer au transport de brut et de produits pétroliers entre le golfe Persique et les marchés occidentaux, selon un communiqué de l’EAPC mardi.

L’accord intervient après que les EAU, le troisième plus grand producteur de pétrole de l’OPEP, et Israël ont annoncé en août qu’ils normaliseraient leurs relations.

Les deux ont depuis discuté de la création d’ambassades, du lancement de vols directs et d’accords commerciaux.

EAPC exploite le gazoduc Eilat-Ashkelon, construit par Israël et l’Iran dans les années 1960. Il a une capacité de 600 000 barils par jour et près de 23 millions de barils d’espace de stockage.

La majeure partie du pétrole envoyé du Golfe vers l’Europe est soit acheminée par le canal de Suez, soit par le pipeline égyptien Sumed, qui peut pomper 2,5 millions de barils par jour.

L’Eilat Ashkelon Pipeline Co., comme l’appelait EAPC, était détenue conjointement par l’État juif et le gouvernement iranien. Téhéran expédierait une partie de son pétrole à destination de l’Europe à Eilat, puis le conduirait à Ashkelon sur la Méditerranée.

Après la révolution islamique d’Iran en 1979, les nations sont devenues des ennemis. Pourtant, pendant quelques années, Israël a encore permis au pétrole iranien d’être acheminé par l’oléoduc en secret, y compris par le fondateur de Glencore Plc et le négociant en matières premières qui brisait les sanctions, Marc Rich.

Les deux pays se sont disputés plus récemment sur le pipeline, Téhéran souhaitant une compensation après qu’Israël a repris sa participation de 50%. Aujourd’hui encore, les informations sur ce qui circule dans le pipeline peuvent être censurées par l’armée israélienne.

L’accord de mardi, dont les détails financiers n’ont pas été divulgués, permettra également aux négociants de transporter du pétrole des régions de la Méditerranée et de la mer Noire vers l’Asie, a indiqué l’EAPC. MED-RED Land Bridge est un consortium d’entreprises émiriennes et israéliennes.

Le projet de pipeline pourrait bénéficier du soutien du gouvernement américain. Un fonds de 3 milliards de dollars basé à Jérusalem annoncé cette semaine par les États-Unis, Israël et les Émirats arabes unis soutient l’effort, selon le chef de la US International Development Finance Corp.

AlgérieMonde.Live

Leave a Reply

Pin It on Pinterest