FinCEN Files Le dernier grand scandale financier

Des fuites de documents impliquant environ 2 milliards de dollars de transactions ont révélé comment certaines des plus grandes banques du monde ont permis à des criminels de déplacer de l’argent sale à travers le monde.

Il s’agit de la dernière d’une série de fuites au cours des cinq dernières années qui ont révélé des accords secrets, le blanchiment d’argent et la criminalité financière.

Quels sont les fichiers FinCEN?

Les fichiers FinCEN sont plus de 2 500 documents, dont la plupart étaient des fichiers que les banques ont envoyés aux autorités américaines entre 2000 et 2017. Ils soulèvent des inquiétudes quant à ce que pourraient faire leurs clients.

Ces documents font partie des secrets les mieux gardés du système bancaire international.

Les banques les utilisent pour signaler des comportements suspects, mais ils ne constituent pas une preuve d’actes répréhensibles ou de délits.

Ils ont été divulgués à Buzzfeed News et partagés avec un groupe qui rassemble des journalistes d’investigation du monde entier, qui les a distribués à 108 organes de presse dans 88 pays, y compris le programme Panorama de la BBC.

Des centaines de journalistes ont parcouru la documentation technique dense, découvrant certaines des activités que les banques préféreraient que le public ne sache pas.

Deux acronymes à connaître

FinCEN est le réseau américain d’enquête sur les crimes financiers. Ce sont les gens du Trésor américain qui combattent la criminalité financière. Les préoccupations concernant les transactions effectuées en dollars américains doivent être transmises au FinCEN, même si elles ont eu lieu en dehors des États-Unis.

Les rapports d’activités suspectes, ou SAR, sont un exemple de la manière dont ces préoccupations sont enregistrées. Une banque doit remplir l’un de ces rapports si elle craint que l’un de ses clients ne fasse rien de bon. Le rapport est envoyé aux autorités.

Pourquoi est-ce important?

Si vous envisagez de tirer profit d’une entreprise criminelle, l’une des choses les plus importantes à mettre en place est un moyen de blanchir l’argent.

Le blanchiment d’argent consiste à prendre de l’argent sale – le produit de crimes tels que le trafic de drogue ou la corruption – et de le placer sur un compte dans une banque respectée où il ne sera pas lié au crime.

Les banques sont censées veiller à ne pas aider les clients à blanchir de l’argent ou à le déplacer d’une manière qui enfreint les règles.

Selon la loi, ils doivent savoir qui sont leurs clients – il ne suffit pas de déposer des DAS et de continuer à prendre l’argent sale des clients tout en s’attendant à ce que les autorités traitent le problème. S’ils ont des preuves d’activités criminelles, ils devraient arrêter de déplacer l’argent.

Fergus Shiel du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a déclaré que les fichiers divulgués étaient un “aperçu de ce que les banques savent des vastes flux d’argent sale à travers le monde”.

Il a déclaré que les documents mettaient également en évidence les sommes extrêmement importantes en jeu. Les documents contenus dans les fichiers FinCEN couvrent environ 2 milliards de dollars de transactions et ne représentent qu’une infime proportion des DAS soumis au cours de la période.

Qu’est-ce qui a été révélé?

Selon La BBC HSBC a autorisé les fraudeurs à déplacer des millions de dollars d’argent volé à travers le monde, même après avoir appris des enquêteurs américains que le stratagème était une arnaque.

JP Morgan a permis à une entreprise de déplacer plus d’un milliard de dollars via un compte londonien sans savoir à qui elle appartenait. La banque a découvert plus tard que l’entreprise appartenait peut-être à un gangster sur la liste des 10 plus recherchés du FBI.

Preuve que l’un des plus proches collaborateurs du président russe Vladimir Poutine a utilisé la Barclays Bank à Londres pour éviter les sanctions qui visaient à l’empêcher d’utiliser les services financiers en Occident. Une partie de l’argent a été utilisée pour acheter des œuvres d’art.

Le Royaume-Uni est qualifié de «juridiction à risque plus élevé» comme Chypre, selon la division du renseignement du FinCEN. C’est à cause du nombre d’entreprises enregistrées au Royaume-Uni qui apparaissent dans les SAR.

Plus de 3 000 entreprises britanniques sont citées dans les fichiers FinCEN – plus que tout autre pays.

La banque centrale des Émirats arabes unis n’a pas donné suite aux avertissements concernant une entreprise locale qui aidait l’Iran à échapper aux sanctions.

La Deutsche Bank a transféré l’argent sale des blanchisseurs d’argent pour le crime organisé, les terroristes et les trafiquants de drogue.

Standard Chartered a transféré de l’argent pour Arab Bank pendant plus d’une décennie après que les comptes de clients de la banque jordanienne aient été utilisés pour financer le terrorisme.

Pourquoi cette fuite est-elle différente?

Il y a eu un certain nombre de grandes fuites d’informations financières ces dernières années, notamment:

2017 Paradise Papers – Un énorme lot de documents divulgués par un fournisseur de services juridiques offshore Appleby et un fournisseur de services d’entreprise Estera. Les deux ont opéré ensemble sous le nom d’Appleby jusqu’à ce qu’Estera devienne indépendante en 2016. Ils ont révélé les transactions financières offshore de politiciens, de célébrités et de chefs d’entreprise.

Panama Papers 2016 – Des fuites de documents du cabinet d’avocats Mossack Fonseca en ont montré davantage sur la façon dont les riches utilisaient les régimes fiscaux offshore à leur avantage

2015 Swiss Leaks – Des documents de la banque privée suisse de HSBC ont montré comment elle utilisait les lois du pays sur le secret bancaire pour aider ses clients à éviter de payer des impôts
2014 LuxLeaks contenait des documents du cabinet comptable PricewaterhouseCoopers montrant que de grandes entreprises utilisaient des accords fiscaux au Luxembourg pour réduire le montant qu’elles devaient payer
Les papiers FinCEN sont différents parce qu’ils ne sont pas simplement des documents d’une ou deux entreprises – ils proviennent d’un certain nombre de banques.

Ils mettent en évidence un éventail d’activités potentiellement suspectes impliquant des entreprises et des particuliers et soulèvent également des questions sur les raisons pour lesquelles les banques qui avaient remarqué cette activité n’ont pas toujours répondu à leurs préoccupations.

Le FinCEN a déclaré que la fuite pourrait avoir un impact sur la sécurité nationale des États-Unis, compromettre les enquêtes et menacer la sécurité des institutions et des personnes qui déposent les rapports.

Mais la semaine dernière, elle a annoncé des propositions de refonte de ses programmes de lutte contre le blanchiment d’argent.

Le Royaume-Uni a également dévoilé son intention de réformer son registre des informations sur les entreprises afin de lutter contre la fraude et le blanchiment d’argent.

 

AlgerieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply