L’Organisation mondiale de la santé reprendra son essai d’hydroxychloroquine pour une utilisation potentielle contre le coronavirus

L’Organisation mondiale de la santé reprendra son essai d’hydroxychloroquine pour une utilisation potentielle contre le coronavirus, a déclaré son chef mercredi, après que les responsables de l’étude ont brièvement cessé de la donner à de nouveaux patients pour des raisons de santé., a déclaré son chef mercredi, après que les responsables de l’étude ont brièvement cessé de la donner à de nouveaux patients pour des raisons de santé.

 

L’agence des Nations Unies a suspendu le mois dernier la partie de sa grande étude sur les traitements contre COVID-19 dans laquelle les patients nouvellement recrutés recevaient le médicament antipaludéen pour traiter COVID-19 en raison de la crainte d’une augmentation des taux de mortalité et des battements cardiaques irréguliers.

L’étude s’est poursuivie avec d’autres médicaments.

Mais le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que ses experts avaient conseillé la poursuite de tous les essais, y compris l’hydroxychloroquine, dont le principal soutien pour une utilisation contre le coronavirus est le président américain Donald Trump.

“Le groupe de direction communiquera avec les principaux chercheurs de l’essai au sujet de la reprise du bras hydroxychloroquine de l’essai”, a déclaré Tedros lors d’une conférence de presse en ligne, faisant référence à l’initiative de l’OMS d’organiser des tests cliniques de traitements COVID-19 potentiels sur quelque 3 500 patients sur 35. des pays.


La décision de l’OMS de suspendre son procès a incité d’autres personnes à emboîter le pas, notamment Sanofi (SASY.PA), qui a annoncé le 29 mai qu’elle suspendait le recrutement pour ses procès. Un porte-parole de Sanofi a déclaré que la société examinerait les informations disponibles et organiserait des consultations dans les prochains jours pour réévaluer sa position suite à la dernière décision de l’OMS mercredi.

La scientifique en chef de l’OMS, Soumya Swaminathan, a appelé à la poursuite des autres essais du médicament. “Nous devons aux patients d’avoir une réponse définitive sur l’efficacité ou non d’un médicament”, a-t-elle déclaré, ajoutant que la surveillance de l’innocuité devait également se poursuivre.


Swaminathan a déclaré que l’OMS souhaiterait voir plus de résultats des essais cliniques d’Avifavir, un médicament qui, selon elle, serait utilisé «très prochainement» pour traiter le COVID-19 dans les hôpitaux russes.

Dans le même briefing virtuel, les responsables de l’OMS ont déclaré qu’ils étaient particulièrement préoccupés par les épidémies en Amérique latine et en Haïti, l’un des pays les plus pauvres du monde, où les infections se propagent rapidement.

Le coronavirus a infecté près de 3 millions de personnes dans les Amériques et plus de 6,43 millions dans le monde.

 

AlgerieMonde.Live

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Leave a Reply